Environnement

Réunion d'information Mat-Ré

Bientôt 4 tours pour la cimenterie Eqion (ex Holcim) de La Rochelle

Complexe industrialo-portuaire de la Pallice : quatre tours pour la cimenterie ?

Haut : vue actuelle depuis le pont. Bas : simulation après construction des 2 nouvelles tours.
Publié le 10/02/2015

A moins d’un mile nautique de Rivedoux-Plage, la cimenterie du complexe industrialo-portuaire de la Pallice entre dans la phase 2 de son permis de construire initial. La construction de deux tours qui complèteront les deux existantes, dont une aura une embase de triple surface que les précédentes, va intervenir dans les mois prochains.

La dégradation esthétique prévisible du paysage maritime vu du pont et de la plage sud de Rivedoux, ajoutée aux risques de pollution atmosphérique et maritime des Pertuis, motivent l’opposition juridique de l’association Mat-Ré, forte de ses 300 adhérents et sympathisants et des 30 000 pétitionnaires du Net.

L’heure du jugement approche

C’est un dossier juridique “gigogne”, qui s’alourdit au fil du temps, que présente Frédéric Jacq, président de Mat-Ré, aux adhérents réunis le 7 février 2015 à la mairie de la Flotte. Le premier jugement attendu est celui du recours effectué en juillet 2011 par Mat-Ré contre le permis d’exploitation accordée à la cimenterie. Quatre longues années de procédure pour un jugement qui sera rendu par le tribunal administratif de Poitiers. Un recours contre le premier permis de construire modificatif est également en cours d’instruction depuis avril 2012. L’association Mat-Ré vient de déposer un nouveau recours contre le second permis de construire modificatif accordé en décembre 2014 par la mairie de la Rochelle. En marge de ces trois recours administratifs, deux plaintes font l’objet de procédures pénales : l’une contre la société Holcim pour illégalité de la production de 30 000 tonnes de ciment, l’autre contre X pour suspicion de faux en écriture publiques et usage des desdits faux, dans le cadre de l’enquête publique concernant la cimenterie. Les commissions rogatoires lancées par le juge d’instruction avancent, précise Frédéric Jacq, tenu au respect du secret de l’instruction. Toutes ces actions ont un coût, financé par les requérants et des souscripteurs.

Dans sa configuration définitive, la cimenterie produirait annuellement 3 millions de tonnes de ciment. Mais à qui appartiendra-t-elle ? Le groupe Holcim est vendeur et le groupe irlandais CRH se porte acquéreur.

Le développement du trafic, un risque technologique accru

La nouvelle grande région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin ne le cache pas, La Pallice sera son port de référence. Le port du Verdon n’est pas d’une navigation facile, long d’accès. En conséquence, le risque de pollution maritime induit par la seule augmentation prévisible du trafic va entacher l’image touristique de nos iles d’Aix, d’Oléron et de Ré, sans oublier tout le littoral charentais et ses exploitations de cultures marines qui seront exposées au risque d’une catastrophe majeure. La signature du décret portant création du Parc Naturel Marin devrait intervenir très prochainement, mais son cahier des charges sera-t-il vraiment protecteur, s’interroge aussi l’association RESPIRE.

L’industriel suisse ne s’attendait assurément pas à une opposition aussi structurée.

Michel Lardeux

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • MAT-Ré
    Publié le 15 février 2015

    Le développement du Port Atlantique de La Rochelle est très inquiétant pour le sud de l’île de Ré, pour les pertuis et pour la biodiversité. Nous ne sommes pas à Dunkerque! Pourtant le développement à venir avec des industries lourdes, en premier lieu une cimenterie à 4 Tours, est « un défi au bons sens, à l’éthique et à l’esthétique, comportant des risques de pollution et pour la santé ». Le GPM ne tient pas compte de sa géo-localisation et habille la mariée avec une communication à toute épreuve, un lobbying constant et des normes environnementales qui ne rassurent que les naïfs. Dès lors, ill est légitime de parler de « Complexe industrialo-portuaire ».
    Il est encore tant de rectifier le cap avant que les pertuis ne deviennent « un cloaque » et que les petits crabes ne soient « farcis au chrome », un des multiples toxiques rejetés par l’industrie cimentière. En attendant, nos « anciens » se désespèrent de l’appauvrissement de l’estran à Rivedoux. Pollution, vous avez dit Pollution?

    Répondre
  • alice
    Publié le 1 août 2015

    La production du ciment dans les cimenteries expose à des pathologies cutanées et respiratoires, dont certaines d’origine allergique, liées à la structure de poudre fine alcaline et irritante qui se répand dans l’air ambiant sous forme de poussières, et qui se dépose sur tous les sols et supports divers : source http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=431

    Répondre