Patrimoine

Pédagogie et participation des enfants

La commémoration dans les écoles rétaises

Publié le 06/11/2018
Noter cet article

commémoration

Chacune des écoles participe à la célébration du centenaire de l’armistice à sa façon.

En fonction des projets mis en place en début d’année dans chacune des structures scolaires rétaises, tous les enseignants ne disposaient pas du même temps pour traiter de la Première Guerre mondiale. Seulement, chacun, respectant les programmes, s’y est consacré avec détermination, privilégiant les mêmes intentions pédagogiques. Comme dans toutes les classes de l’île, les élèves du RPI (1) de Saint-Clément des Baleines et des Portes en Ré ont étudié le déroulement du conflit et ses conséquences. Ils sont conviés à participer à la cérémonie du 11 novembre. A l’école René Brunet d’Ars en Ré (RPI avec Loix), les élèves iront visiter l’exposition consacrée à l’évènement qui se déroulera, dans le village du 10 au 18 novembre (Lire ci-dessus). A La Couarde, les CM1 et CM2 ont travaillé sur trois couplets de La Marseillaise qu’ils interpréteront, en compagnie de l’harmonie municipale, samedi 10 novembre à l’occasion de l’inauguration du square et du monument aux morts (Lire ci-dessous). A Saint-Martin de Ré, l’enseignant de CM1 et CM2 a fait découvrir à sa classe, une chanson de Georges Brassens, « Les Patriotes », dont les paroles, riches de sens, incitent à une prise de conscience de tous les méfaits de la guerre. Le jour de la cérémonie, les écoliers liront, à haute voix, les noms des disparus, gravés sur le monument aux morts, ils liront, aussi, des lettres de Poilus, ainsi que plusieurs poèmes.

Les élèves de Rivedoux au travail pour composer la fresque

Les élèves de Rivedoux au travail pour composer la
fresque

Des cheminements originaux pour aborder l’étude de l’Histoire

Les écoliers flottais, vêtus de blouses grises pour les uns, ou de capes, chaussettes et bérets noirs pour les autres, seront réunis dans le cadre de la journée Hommage pour chanter et accompagner la Chorale dirigée par Sophie Laze. Quant à La classe de CE2 elle se produira avec les instruments financés par la mairie dans le cadre du projet l’orchestre à l’école (Lire Ré à la Hune N° 180 et sur realahune.fr).

Les élèves du groupe scolaire Paul Laidet du Bois-Plage, se sont lancés, depuis la rentrée, dans un travail sur les oiseaux (voir notre numéro 180), en partenariat, notamment avec l’Association Réthaise des Quatre Saisons. A cette occasion, Bernard Dorin, président de cette association, en a profité pour présenter l’extraordinaire histoire du pigeon « Cher Ami ». Au cours de l’année 1917, un bataillon de la 77ème division s’était perdu dans les lignes allemandes. Les soldats étaient voués à une mort certaine. C’est alors que fut donné l’ordre de lâcher des pigeons. Ils ont, hélas, été la cible des salves ennemies. L’un d’entre eux, « Cher Ami », est parvenu à rejoindre le quartier général. A son arrivée, on découvrit qu’il avait perdu une patte et qu’une balle lui avait transpercé le poitrail. Mais par cet acte de bravoure, « Cher Ami » sauva le bataillon, enfin soutenu par sa division. Ce pigeon exceptionnel fut naturalisé, et même décoré… Il repose, aujourd’hui, au musée militaire de Washington aux Etats-Unis.

Pour les écoliers du groupe scolaire Louis Gaucher de Sainte-Marie de Ré, la commémoration a été l’occasion de mettre en place un travail en histoire et en éducation citoyenne. Les classes de CM1 et CM2 ont reçu la visite de Nadine Desbaucheron-Ponticelli (qui demeure à La Noue), petite-fille de Lazarre Ponticelli, dernier vétéran de la Première Guerre mondiale, décédé en 2008. Le fabuleux destin de cet homme a été évoqué devant un jeune public particulièrement attentif. Anne Pawlack, conseillère municipale, est intervenue, elle aussi, dans les classes, pour présenter une partie de la correspondance d’un soldat vendéen, ce qui a permis de retracer le quotidien d’un Poilu. Certains extraits de ces lettres seront lus par les élèves lors de la cérémonie. Ces derniers seront vêtus de capes bleues pour les filles, grises pour les garçons qui seront coiffés d’une sorte de béret de l’époque.

Pour finir, l’école de Rivedoux-Plage a préparé un spectacle qui sera donné par les élèves de CE1-CE2 et CM1-CM2, juste après la cérémonie (à laquelle participera le cours préparatoire, pendant que leurs aînés se prépareront), qui se déroulera devant le monument aux morts à 10 heures. Pour rappeler la vie de l’époque, les écoliers auront, chacun, une petite besace dans laquelle sera placée une boule de pain. Ils auront, également, une cocarde tricolore, attachée autour du cou. Dès 10h45, dans la salle des fêtes, des chants appris en classe avec l’aide d’une intervenante, seront proposés au public. Trois périodes seront traitées : avant, pendant, après la guerre. Pour finir, une Marseillaise modifiée, travaillée en classe, sera interprétée par l’ensemble des écoliers séparés en trois groupes, l’un vêtu de bleu, un autre de blanc, le troisième de rouge…

A l’occasion de tous ces préparatifs, Benoît Hapiot, artiste plasticien, est venu faire profiter de ses talents aux jeunes Rivedousais. Ils ont constitué, ensemble, une fresque de 9 mètres de longueur sur 2 mètres de hauteur, pour représenter l’histoire du premier conflit mondial. Ce travail sera exposé sur la scène de la salle des fêtes, durant le spectacle.

Signalons, pour conclure, que les collégiens des « Salières », à Saint-Martin de Ré, visionneront un film relatant les principaux évènements de la Grande Guerre (2).

Les enseignants n’ont pas manqué l’occasion de commémorer le centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Ils ont, chacun à leur manière, insisté sur les valeurs de tolérance, de solidarité, de laïcité, de citoyenneté. Mettant en avant l’importance du combat pour la paix, ils ont su, avec la plus grande habileté, convier leurs élèves à participer à un voyage éminemment pédagogique au coeur de nos lieux de mémoire…

Jacques Buisson

(1) Regroupement Pédagogique Intercommunal.
(2) Le titre n’était pas connu au moment où nous mettions sous presse.

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires