Environnement

Protection contre les submersions marines

Un chantier de digue exemplaire, au centre de Rivedoux-Plage

Aux côtés de Lionel Quillet et Patrice Raffarin, le maître de chantier et Didier Bouyer.
Publié le 06/12/2018
Noter cet article

Le chantier de Rivedoux-Plage – Centre bourg, démarré en septembre 2018, constitue le cinquième lancé dans le cadre du PAPI de l’île de Ré. Essentiel à la protection du centre de Rivedoux, il devrait s’achever en mars 2019.

Le plan digues du Département, qui en est maître d’ouvrage, comporte huit PAPI portés par les intercommunalités et syndicats, représentant près de 300 millions d’euros. Des travaux à hauteur de 200 millions d’euros ont été réalisés ou sont en cours, avec certains PAPI très avancés. Celui de l’île de Ré n’est pas le plus avancé, selon Lionel Quillet, les travaux déjà réalisés représentent toutefois 50 millions d’euros au Boutillon, La Flotte, Les Doreaux à Saint-Clément et Loix, auxquels il faut rajouter les travaux faits en urgence hors PAPI au lendemain de Xynthia, ou encore ceux n’entrant pas dans le champ du PAPI. L’île de Ré comme l’île de Noirmoutier sont les deux territoires le plus à défendre.

Le chantier de protection de La Couarde suivra à partir de fin mars 2019, puis arrivera celui de Montamer en 2020. Reste à faire aboutir la protection du Fier d’Ars, qui concerne Ars, Saint-Clément et Les Portes et à finaliser la protection de Saint-Martin, où le principe retenu est celui d’une défense individuelle pouvant être couplée à une défense collective (le projet de porte à l’entrée du port a été abandonné).

L’ensemble de ces chantiers du PAPI 1 sont financés à 40% par l’Etat, 20 % par respectivement la Région, le Département et la Communauté de Communes de l’île de Ré. Le projet final de protection de l’île représente, rappelons-le, 100 millions d’euros.

Une protection stratégique pour Rivedoux

Les travaux de Rivedoux- Centre bourg représentent une enveloppe de 1,485 million d’euros, y compris les études et marché de travaux. Les entreprises retenues sont Vinci construction terrassement, Laurière et fils et Trézence TP. Le chantier qui concerne un linéaire de côte de 213 mètres de long, est décomposé en quatre secteurs. Un premier secteur sera en digue maçonnée, un second et un troisième se présenteront sous forme de digue en enrochements, avec parapet, tandis que le quatrième secteur concerne un parapet sur rideau de palplanches. On est comme sur l’ensemble des travaux de protection sur un niveau de protection Xynthia + 20 cm. Restera à prolonger cette protection sur le secteur de La Corniche, par des protections individuelles, en tenant compte des ouvertures à la mer nécessaires pour l’activité ostréicole. Les ostréiculteurs travaillent avec le Département pour optimiser les prises d’eau, prévoir des clapets anti-retour sur les prises d’eau utilisées et condamner celles qui ne sont plus fonctionnelles.

Il s’agit du projet ayant posé le moins de problème, aucun avenant n’a été nécessaire. Il est stratégique pour Rivedoux, car c’est par cette côte qu’est passée la principale vague de submersion, on est sur un point bas de la commune. Le Maire Patrice Raffarin a tenu à souligner qu’il s’agit d’un chantier exemplaire, au plan de son organisation, de sa propreté et du respect du voisinage et environnemental. Didier Bouyer assure le suivi des travaux pour la commune.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires