Enfants et jeunes

Collège Les Salières

Découverte du bâtiment : Les élèves du collège Les salières visitent le chantier de la mairie d'Ars en Ré

Le bâtiment, c’est dément !

Des collégiens sensibilisés au monde professionnel
Publié le 09/10/2015

Seize élèves de troisième de Saint Martin découvraient ce matin les métiers du bâtiment sur le chantier de la future mairie d’Ars-en-Ré. Sous la houlette de leurs professeurs, Mesdames Clipet et Froumeau, respectivement professeurs de Sciences Physiques et d’Education physique et sportive, cette visite s’inscrivait dans le cadre des DP3, abréviation de « Découverte professionnelle trois heures », un programme de l’Éducation nationale qui permet aux élèves de troisième, trois heures par semaine toute l’année, de se renseigner sur les différents métiers qui pourraient être les leurs à l’avenir. A un âge où la question commence à se poser. Professeurs et élèves sont tous volontaires pour ce parcours pris sur les heures scolaires. Ce jour-là, à Ars, c’est la Fédération française du Bâtiment qui faisait les honneurs de son secteur, dans le cadre de son opération portes ouvertes annuelle, « les coulisses du bâtiment ».

Une initiative qui existe depuis 2003 !

Cette année, elle se déroule les 8, 9 et 10 octobre, dans toute la France. L’an passé, près de 1200 élèves avaient participé en Charente-Maritime ! Impossible à Ars d’en faire rentrer autant dans la future mairie, mais celle-ci aura quand même pour mérite d’élargir les murs du Conseil municipal et des 6 employés communaux, ce dont se réjouit M. Jean-Pierre Neveur, conseiller municipal, qui suit la réalisation du projet. Monsieur Benoît Chollet, maître d’oeuvre, a présenté et fait valoir la multiplicité des intervenants et des métiers qui conjuguent leurs efforts sur un site comme celui d’Ars. Entre le dessin de l »architecte et la livraison du bâtiment, prévue en janvier 2016, désamianteurs, fournisseurs, maçons, plaquistes, menuisiers, plombiers, couvreurs, etc. travaillent ensemble ou successivement sous la houlette du maître d’oeuvre, qui guide le chantier. Et sous l’œil vigilant du contrôleur technique, chargé du respect des normes au moyen des DTU (documents techniques unifiés) : solidité de l’ouvrage, sécurité des personnes, risque sismique, prévention des incendies sont de sa responsabilité. Dès la phase conceptuelle, et au cours des travaux, le coordonnateur Sécurité Protection de la Santé veille au respect des « principes généraux de prévention » des accidents. Le maître d’oeuvre peut évidemment faire arrêter un chantier en cas de danger. La spacieuse nouvelle salle des mariages aura peut-être convaincu quelques collégiens de travailler dans le secteur. A moins que ce ne soit de s’y marier !

En attendant, monsieur Sabouraud, responsable de la branche départementale de la Fédération indique que le secteur est « à la veille d’une révolution » grâce aux logiciels de modélisation numérique du bâtiment (MNB, BIM en anglais). Ceux-ci permettent, dès le départ, de renseigner toutes les données de conception, de réalisation et de fonctionnement d’un ouvrage. Preuve que « le bâtiment évolue ». Et monsieur Sabouraud de se faire l’avocat de son secteur d’activité : « l’ascenseur social fonctionne très bien dans le bâtiment. Pas besoin de grandes études, il faut avoir du bon sens ! On peut commencer par la petite porte ! ». Et réussir !

 

Le bâtiment de la mairie d'ars (île de Ré) a intéressé les jeunes

 

Ils rejoindront peut-être les métiers du bâtiment

 

 

Jean-Baptiste Le Proux

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires