Aide et humanitaire

Accessibilité

« Un bateau pour Ré », l’association de tous les possibles

Sortir en mer, une belle occasion de partage.
Publié le 22/01/2019
« Un bateau pour Ré », l’association de tous les possibles
Noter cet article

Difficile de ne pas connaître Paul Reb, l’actif Président de l’association « Un bateau pour Ré ». Car c’est simple, il est de tous les évènements qui font la vie de notre territoire. Rencontre avec un passionné de la mer et des autres.

Après l’Assemblée Générale de l’association qui s’est tenue en décembre dernier, nous avons en ce premier mois de l’année rencontré Paul Reb, dans son atelier, pour parler de tout. De l’association et de la mer bien sûr mais aussi de la société, de l’amitié… Bref, de la vie.

Un hommage appuyé

Avant même de parler d’ « Un Bateau pour Ré » ou de lui-même, Paul Reb tient à rendre hommage à Tonia de Turckheim, sans qui cette aventure n’aurait peut-être jamais vu le jour. « Au début, il y avait tout à construire » se rappelle-t-il. Et Tonia de Turckheim lui a dit : « c’est à toi de faire ça ». Paul évoque la fille de la navigatrice venue le voir il n’y a pas longtemps. « L’association existe grâce à Tonia », affirme-t-il non sans émotion, « et elle continuera grâce à elle ». C’est donc à Tonia que Paul pense les jours de lassitude. Car ce n’est pas facile de faire vivre une telle association, qui a perdu une dizaine d’adhérents dont l’état de santé dégradé ne permet plus les sorties.

Des sorties et des projets

Par respect pour Tonia mais aussi parce qu’il a la passion de la vie et qu’il n’aime rien tant que la partager, Paul Reb cultive l’enthousiasme, se réjouissant des sorties de l’année 2018 et de celles à venir, une remontée de la Charente, des balades à la voile autour de l’île de Ré, trois jours probables à l’Ile d’Yeu ou encore une virée à l’aéro-club des Sables d’Olonne où les attendra un avion à quatre places. Un joli programme en perspective qui fera sans aucun doute le bonheur des participants.

« Accéder c’est exister »

Cette phrase toute simple en dit long. Mais c’est vrai que lorsque l’on ne souffre d’aucun handicap et que l’on est en bonne santé, on fait les choses sans même sans rendre compte, jouissant de tout sans trop de conscience. Alors oui, c’est tellement vrai qu’accéder c’est exister. Accéder c’est ne pas être isolé, pouvoir aller vers les autres et vers la vie. Sur la mer en l’occurrence, pour Paul Reb qui a toujours entretenu un lien étroit avec la nature et avoue dans un sourire avoir toujours eu un « énorme culot ». Cependant, il s’avoue touché par le manque de fraternité qu’il sent parfois et qui lui fait « des bleus à l’âme ». « Il faut accepter le handicap, la différence », ajoute gentiment Paul, rappelant avec sagesse que « ce n’est pas nous qui avons choisi notre handicap mais lui qui nous a choisi ».

La situation a évolué mais…

On le sait bien : en France, nous ne sommes pas en avance sur l’accessibilité des personnes à mobilité réduite à tous les lieux de vie, qu’ils soient de nécessité ou de loisirs. Depuis la Loi sur l’Egalité des Chances, voulue par le Président Chirac – « une avancée formidable » – salue Paul Reb, les choses ont évolué mais il a fallu vaincre bien des réticences. Et Paul n’a pas ménagé ses efforts auprès des élus rétais avec lesquels il entretient par ailleurs de bonnes relations. Mais il existe encore des points noirs et il reste beaucoup à faire. « Nous cherchons toujours de bateaux pour nous accueillir », rappelle-t-il. Mais Paul Reb tient bon la barre. Par sa détermination autant que par son goût des autres. Une vraie leçon de vie pour un monde bien meilleur.

Pauline Leriche Rouard

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Pat52
    Publié le 30 janvier 2019

    Bonjour,
    C’ est vraiment un très beau reportage auquel j’ adhère complètement.
    Je ne connaissais pas votre association et j’ aimerais en savoir d’ avantage,
    c’ est très intéressant.
    À bientôt peut-être

    Patrick Bonnaud

    Répondre