Territoire

AG d'Avenir, Association des professionnels

Emmanuel Vignaud, Président d'Avenir (à droite) lors de la réunion des professionnels rétais du 24 juillet 2013

Avenir, entre soutien et « contre-pouvoir » économique sur l’île de Ré

Emmanuel Vignaud, Président d'Avenir (à droite) lors de la réunion des professionnels rétais du 24 juillet 2013
Publié le 08/10/2014

Lors de l’AG du 16 septembre, le président Emmanuel Vignaud entouré du bureau a fait un point sur la stratégie de l’association née en 2013 à la suite de la prise de conscience par les professionnels du bâtiment des enjeux du PPRL. Le positionnement d’Avenir – et notamment de son président – entre soutien aux élus et « contrepouvoir économique » semble encore à la recherche d’un équilibre, subtil à trouver.

Si la réunion n’a pas mobilisé la majorité des adhérents, ce qui est assez classique, le quorum atteint a permis de voter le premier bilan de l’association. Le bureau a souhaité globalement suivre et soutenir les élus de la Communauté de Communes de l’île de Ré dans sa stratégie de « résistance forte » face à l’État et montrer l’unité des métiers du bâtiment. Il n’en a pas moins en « sous-marin » continué les discussions avec les maires sur les PLU, objets de tension. Avenir a aussi échangé régulièrement avec Réagir, association de professionnels présidée par Aurélien Ravet et créée pour notamment participer aux discussions autour du SCOT, et avec Ré-Veille, association de « propriétaires de biens immobiliers en zone considérée Inondable », créée en septembre 2013 et co-présidée par Gérard Régreny.

Au-delà des réunions auxquelles elle a été conviée – Ministère de l’Écologie, Préfecture, CdC – Avenir a pris attache avec un avocat spécialisé en droit d’urbanisme, pour venir en appui de ses adhérents. Avenir souhaite garder son indépendance et sa liberté de parole – et pour mieux illustrer cette volonté son président a voulu communiquer de « vrais chiffres » concernant les permis de construire, issus des données des mairies.

Avenir entend maintenir la pression auprès de l’État avec la CdC et aider les particuliers et les professionnels dans leurs combats individuels, notamment pour aller devant le Conseil de l’État, avec en toile de fond la jurisprudence intéressante de l’île d’Oléron. Emmanuel Vignaud souhaite continuer à rencontrer tous les maires pour supprimer les sursis à statuer (13 maisons en 2013 en construction neuve) et obtenir un règlement précis sur lequel s’appuyer. Entre pouvoir et contre-pouvoir économique, Avenir entend peser dans les débats, même si le président s’est dit déçu de la relative faible mobilisation des professionnels lors de cette AG, qui a réuni 54 entreprises directement ou via les pouvoirs sur 215 adhérents (dont 159 entreprises adhérentes). Cela ne va toutefois pas l’arrêter, Emmanuel Vignaud estimant qu’Avenir est la seule association rassemblant un aussi grand nombre de professionnels sur l’île de Ré.

Lionel Quillet a lors de l’AG fait un point complet du dossier PPRL et affirmé que les PLU et le SCOT seraient modifiés à compter d’octobre, avec de nombreux problèmes à régler au fur et à mesure, et tout l’urbanisme à revoir sur l’île de Ré. « L’exception insulaire » un temps envisagée dans le cadre de la révision du PPRL de l’île de Ré n’est plus de mise, quant au comité de pilotage du 6 octobre qui doit constituer l’ « heure de vérité » après 2 ans de combat, il a été reporté d’une quinzaine de jours par les services de l’État.

 

Situation des permis de construire déposés et acceptés sur l'île de Ré

Evolution des permis de construire déposés et acceptés sur l’île de Ré (cliquez pour agrandir)

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • BG
    Publié le 19 novembre 2014

    Devenant résident à l’année, j’aurai besoin de vos lumières

    Répondre