Loisirs

Equipement sportif

AquaRé : vers une ouverture en mars 2021

Les élus de la CdC, Lionel Quillet et Patrick Rayton, et le Responsable du pôle Aménagement de la CdC, Hung Do Cao, aux côtés de l'Architecte Julie Boutet, du responsable de chantier Philippe Noiret, et de l'expert conseil de la CdC et assistant maître d'ouvrage, Olivier Covin.
Publié le 09/05/2020

Après une interruption d’un mois et demi liée à la crise sanitaire Covid-19, les travaux de la piscine AquaRé, située à Saint-Martin de Ré, ont repris. Lionel Quillet et Patrick Rayton, président et vice-président de la CdC ont convié la presse locale sur place ce lundi 4 mai.

Bref rappel historique dressé par Lionel Quillet : présenté sous la présidence de Léon Gendre en 2002, initialement pour un budget de 4,6 Millions d’€, le projet de piscine a été mis en délibération en 2003 à 6,6 millions d’€ (seul Lionel Quillet, alors dans l’opposition de Léon Gendre, avait voté contre, estimant ce budget sous-évalué et le projet mal ficelé) et aura finalement coûté 9,3 millions d’€. « Il faut s’entourer d’une vraie expertise pour se lancer dans un tel chantier, la CdC n’était pas structurée pour le mener à bien à l’époque » explique Lionel Quillet. Léon Gendre, de son côté rappelle que la maîtrise d’ouvrage a été confiée à la SEMDAS.

Livré et inauguré en juin 2008 (2008 était une année d’élection), de nombreux « désordres » (étanchéité, menuiserie, électricité, plomberie…) ont été constatés dans les années qui ont suivi sur cet équipement sportif et ludique, propriété de la CdC de l’île de Ré et géré via une DSP (délégation de service public) par Vert Marine.

Ces désordres (et n’ayons pas peur des mots, ces « malfaçons ») ont entraîné d’interminables batailles judiciaires, à grands coups d’expertises et contre-expertises, batailles compliquées par le fait que souvent les compagnies d’assurances des uns sont aussi les mêmes compagnies d’assurances des autres…

La CdC a obtenu un jugement du Tribunal ordonnant aux Assurances de prendre en charge le montant exorbitant de ces travaux alors chiffrés à 3,263 Millions d’€. Somme qu’elle a bien reçu.

L’étanchéité du bassin principal est à refaire totalement

De nouveaux « désordres » et encore du retard

Après le début des travaux, qui ont commencé en septembre 2019 et devaient s’achever en juin 2020, pour une réouverture prévue au début de l’été 2020, de nouveaux « désordres » supplémentaires ont été constatés, concernant notamment l’étanchéité du bassin, générant un budget supplémentaire de travaux de 800 000 €.

De nouvelles batailles judiciaires sont en cours, l’objectif étant de faire assumer par les Assurances ce montant supplémentaire, le « désordre » étant lié aux précédents.

En attendant, les travaux ont donc pu reprendre il y a quelques jours, les Entreprises intervenant les unes après les autres, afin de respecter les protocoles sanitaires du BTP.

Entre les nouvelles expertises et procédures judiciaires, qui ont retardé le chantier, et l’arrêt de celui-ci pendant un mois et demi, du fait du contexte sanitaire, le chantier ne pourra être finalisé que début 2021. Les petits Rétais ne pourront donc reprendre le chemin de la piscine à la prochaine rentrée scolaire et les grands Rétais devront encore patienter, tout comme les vacanciers.

Un autre problème de taille doit aussi être résolu par la CdC, qui a confié la gestion d’AquaRé à Vert Marine via une DSP : ce délégataire ne pouvant exploiter le centre pendant encore de longs mois va réclamer une indemnisation. La négociation s’annonce encore une fois musclée.

A noter que l’actuelle DSP se termine en 2022. « Nous allons engager la procédure de nouvelle DSP avant même que la piscine n’ait réouvert, puisqu’il faut la lancer environ un an avant sa date anniversaire » précise Patrick Rayton.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires