Sports

Chantier

AquaRé devrait rouvrir ses portes en juin 2021

© Nathalie Vauchez - Le grand bassin commence à être remis en eau
Publié le 24/03/2021

En ce mardi 16 mars, alors que la fin du chantier approche, Ré à la Hune retrouve Patrick Rayton, 1er vice-président de la CdC, au centre aquatique AquaRé fermé depuis septembre 2019

Petit retour en arrière : présenté sous la présidence de Léon Gendre en 2002, initialement pour un budget de 4,6 Millions d’€, le projet de piscine a été mis en délibération en 2003 à 6,6 millions d’€ et aura finalement coûté 9,34 millions d’€. « Il faut s’entourer d’une vraie expertise pour se lancer dans un tel chantier, la CdC n’était pas structurée pour le mener à bien à l’époque » a maintes fois expliqué Lionel Quillet, Léon Gendre, rétorquant que la maîtrise d’ouvrage a été confiée à la SEMDAS.

Une reprise des travaux au départ chiffrée à 1,5 M€…

Livré et inauguré en juin 2008 (année d’élection), de nombreux « désordres » (étanchéité, menuiserie, électricité, plomberie…) ont été constatés dans les années qui ont suivi sur cet équipement sportif et ludique, propriété de la CdC de l’île de Ré et géré via une DSP (délégation de service public) par Vert Marine. Ces « malfaçons » ont entraîné d’interminables batailles judiciaires, à grands coups d’expertises et contre-expertises, batailles compliquées par le fait que souvent les compagnies d’assurances des uns sont aussi les mêmes compagnies d’assurances des autres…

Estimée en 2017 à 1,5 M€, la reprise des travaux est finalement chiffrée à 2,561 M€ trois mois plus tard. Puis en avril 2019, ce montant passe à 3,263 M€.

La CdC a obtenu un jugement du Tribunal ordonnant aux Assurances de prendre en charge le montant exorbitant de ces travaux alors chiffrés à 3,263 Millions d’€. Somme qu’elle a bien reçue.

© Nathalie Vauchez – Patrick Rayton, Hung Do Cao et Thomas Hossard (de droite à gauche), devant le toboggan venant d’être livré et qui devrait être installé ces jours-ci

… qui dépasse in fine les 4 M€

Après le début des travaux, qui ont commencé en septembre 2019 et devaient s’achever en juin 2020, pour une réouverture prévue au début de l’été 2020, de nouveaux « désordres » supplémentaires ont été constatés, concernant notamment l’étanchéité du bassin, les plafonds, les menuiseries ayant subi une corrosion anormale. Ceux-ci ont généré un budget supplémentaire de travaux de 794 078 €. Le montant total des travaux atteint ainsi 4 057 826 €. Les procédures judiciaires sont toujours en cours, afin que les Assurances assument ce montant supplémentaire, avant de se retourner contre les entreprises ; certaines n’existent plus aujourd’hui. « Nous ne connaissons pas encore le montant définitif qui sera pris en charge » explique Patrick Rayton. « Parmi les désordres apparus, le plus important a concerné l’infiltration en dessous de tous les bassins. Un certain nombre de réalisations n’étaient pas conformes soit au cahier des charges, soit à la réglementation de mise en oeuvre. Toutes les baies vitrées ont aussi été changées, les menuiseries n’étaient pas conformes aux normes, cela représente un coût de 700 K€. Quand on a enlevé le carrelage des bassins, on a constaté une corrosion anormale des fers à béton, les suspentes métalliques des faux plafonds n’étaient pas non plus faites pour ce type de construction ».

© Nathalie Vauchez – La terrasse autour du bassin extérieur est entièrement refaite

Parmi les nouveaux aménagements, un toboggan tout neuf

« Nous avons aussi fait changer les grands panneaux acoustiques et en avons profité pour améliorer certains aménagements, aux frais de la CdC comme le toboggan qui est remplacé par un tube fermé avec des jeux de lumière. L’arrivée du toboggan est aussi sécurisée avec un aqua frein, une sortie latérale… Tout l’éclairage a également été revu, les vestiaires sont rénovés, des vannes thermostatiques installées dans les douches, le carrelage changé autour des bassins et autour du jacuzzi, des jardinières installées. La terrasse autour du bassin extérieur est refaite. » énumère Patrick Rayton.

A la charge de la CdC, les espaces verts autour du centre aquatique vont également être entretenus et une haie plantée côté route, afin que les usagers puissent mieux profiter du site. 9 entreprises interviennent sur ce chantier qui se décompose en 11 lots, la coordination n’a pas été simple, dans le contexte sanitaire que l’on connaît depuis mars 2020. L’ensemble du chantier AquaRé est suivi de près par Thomas Hossard, responsable de la maintenance et des travaux au Pôle Aménagement du territoire de la CdC, dirigé par Hung Do Cao. Il passe près du tiers de son temps sur ce site, en parallèle des chantiers de La Maline et du centre de transfert qui le mobilisent aussi beaucoup.

L’objectif est que tous les travaux soient terminés fin avril 2021, avec une livraison de chantier et un contrôle au 5 mai, pour que l’exploitant Vert Marine puisse réintégrer le site entre la mi-mai et la fin mai, avec une réouverture au public au plus tard à la mi-juin 2021. A noter que l’actuelle DSP* se terminant en juin 2022, le nouvel appel d’offres devrait être lancé d’ici à l’automne 2021. Les Rétais assidus ont hâte de pouvoir se réapproprier le site AquaRé, tout comme les écoliers, collégiens et associations qui fréquentaient régulièrement les lieux. Les vacanciers apprécieront aussi…

© Nathalie Vauchez – Le chantier d’AquaRé est en pleine effervescence. Avec 9 Entreprises à coordonner (11 lots), il n’a pas été facile à mener dans le contexte sanitaire qui prévaut depuis un an

*Délégation de Service Public

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires