Environnement

Pollution

Anticipation du risque de pollution suite au naufrage du navire Grande America

©marine nationale
Publié le 14/03/2019
Anticipation du risque de pollution suite au naufrage du navire Grande America
3.7 (73.33%) 3 votes

Le navire Grande America, armement italien Grimaldi Lines et pavillon italien, en provenance de Hambourg et à destination de Casablanca a fait naufrage dans le Golfe de Gascogne le 12 mars en milieu de journée, à la suite d’un incendie déclaré le 10 mars. Le Grande America a coulé à environ 180 milles (320 km) à l’ouest des côtes de la Charente-Maritime.

Les préfectures de la Charente-Maritime et de la Gironde en articulation permanente avec la préfecture de la zone Sud-Ouest, ont été tenues informées des opérations en mer dirigées par la préfecture Maritime, et assurent une veille active de la situation depuis le début de l’événement.

Ce suivi est renforcé depuis l’identification par les reconnaissances aériennes d’une nappe d’hydrocarbures d’une dizaine de kilomètres de long et d’un kilomètre de large formée à hauteur de l’épave du navire. Les opérations de dépollution en mer et de suivi de l’évolution de la nappe restent coordonnées par le préfet maritime. D’après ces analyses, les côtes de la Charente-Maritime et de la Gironde pourraient être touchées par l’arrivée de la nappe dans un délai de 3 à 4 jours.

Le plan POLMAR Terre est le volet du plan ORSEC permettant de faire face à des pollutions marine à terre. Lorsque les conséquences du sinistre dépassent les limites ou les capacités d’une commune, le préfet prend la direction des opérations de secours, et active la disposition spécifique du plan POLMAR-Terre départementale.

A ce stade, et en coordination avec la préfecture de zone, les préfets de la Charente-Maritime et de la Gironde ont placé les services concernés en phase de pré-alerte. Cette phase comprend la préparation et le prépositionnement des moyens anti-pollution nécessaires, et l’organisation des opérations de reconnaissance à venir. Ce travail sera mené en lien avec les collectivités concernées.

L’évolution du dispositif fera l’objet d’une communication ultérieure.

Communiqué de presse

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Robert
    Publié le 15 mars 2019

    Courage les Rétais. Toutes mes pensées sont pour vous. Je souhaite de tout coeur que cette maudite marée noire évite les côtes et n’impacte pas la faune, la flore et l’économie locale. J’adore l’île de Ré. J’y viendrai en vacances au printemps et en fin d’été, comme tous les ans, pour retrouver la beauté des marais salants et du Fier d’Ars, ainsi que sa très belle plage du Bois-Plage-en-Ré. Bien à vous.

    Répondre