Association

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AIA 25 MARS 2022

AIA : une vraie dynamique associative !

Parmi les 226 adherents, 50 % habitent à Ars en permanence.
Publié le 07/04/2022

Après 42 ans d’activité pour l’AIA, 46 ans pour le bulletin du « Tambour d’Ars », il y avait du monde, de l’entrain et des projets lors de cette réunion à la salle des fêtes d’Ars-en-Ré.

Différents adhérents et administrateurs se sont succédé pour animer ce moment partagé sous la coordination du président, François Barbotin.

Tambour d’Ars et Causeries rétaises

Cette année 2021, une quinzaine de conseils d’administration, les deux parutions du « Tambour d’Ars », un changement de président et de trésorier mais surtout un remaniement conséquent du magazine suite à la décision de la mairie de se retirer de l’association et de publier son bulletin à part. Les « OFNI » (objets flottants non identifiés) devaient se déconfiner le 25 juillet mais le variant Delta en a décidé autrement en entraînant l’annulation de la manifestation. Par contre, d’autres projets ont bien fonctionné. Suivis par plus de 800 personnes, à l’occasion des journées du patrimoine, ont été organisés des évènements tels qu’un diaporama musical, une exposition de maquettes de train, de cartes postales, de costumes et de coiffes. Mais aussi des déambulations de danseurs, des conférences et des chansons en patois. Les causeries rétaises, une fois par mois la moitié de l’année, ont attiré en moyenne 70 personnes à chaque fois et une conférence sur l’histoire de l’église d’Ars a été organisée en novembre. La comptabilité se porte très bien et fait apparaître un résultat positif qui est affecté au fond de réserve, l’assemblée remercie Nadine Pinon et René-Claude Brunet pour leur gestion. Le rapport moral du président, positif et encourageant, vient clore cette partie de l’as- semblé générale.

Les projets 2022/2023

L’AIA reprend ses projets habituels tels que la parade des OFNI, qui aura lieu le 24 Juillet, la participation aux journées du patrimoine les 17 et 18 septembre, les causeries rétaises le premier jeudi de chaque mois entre novembre et avril et les animations à l’occasion des sorties du « Tambour d’Ars », la prochaine étant le 8 juillet. De nouveaux projets sont à l’ordre du jour et présentés par ses acteurs. D’abord deux recueils de paroles verront le jour, l’un sur les appelés d’Algérie à l’occasion des 60 ans de la fin de la guerre et l’autre sur les souvenirs des anciens du cours complémentaire et du CEG de St Martin entre 1945 et 1970. Un inventaire des rues et lieux d’Ars pour connaître l’histoire et l’origine de leurs noms sera effectué. Ensuite, Une exposition sera préparée sur la vie à Ars entre 1880 et 1960 sous forme de panneaux avec photos montrant l’évolution du village, ainsi que La création d’un évènement pour le printemps des poètes en 2023 et enfin la mise en place d’un parcours « Terra Aventura » sur la commune.

Participation aux projets des collectivités

A la demande de la municipalité, l’association participera à l’organisation de l’exposition commémorant les 100 ans de Tatave qui se déroulera durant la deuxième quinzaine d’avril (lire ci-dessous). Suite à la sollicitation de la Communauté de Communes, l’as- sociation participera au projet sur le protestantisme qui se déroulera jusqu’en 2028 pour commémorer les 400 ans de la bataille d’Ars, du siège de Saint-Martin et du grand siège de La Rochelle. Jacques Boucard, docteur en histoire contemporaine et membre actif de l’AIA ajoute : « L’histoire c’est souvent l’histoire du vainqueur, ici avec beaucoup d’informations issus de la Royauté Française (…) C’est un moment extrêmement fort sur l’histoire de l’île mais qui est quasiment oublié. Ce serait intéressant de travailler sur cette période en y intégrant des études qui n’ont encore jamais été utilisées et qui donnent une image des évènements un peu différente. »

Le mot de la mairie

Mr Dumoulin, élu à la culture, exprime sa reconnaissance à la famille de Tatave et à l’AIA pour le travail effectué ensemble. Il met l’accent sur la régularité et l’intensité des relations entre la municipalité et l’AIA mais également sur le côté « naturel » du partenariat. Il rajoute que certains lecteurs regrettent l’ancienne forme couplée du bulletin d’information du Tambour d’Ars mais tout le monde s’accorde sur la richesse de la dizaine de pages gagnées.

Jonathan Odet

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires