Social

ASSOCIATION

AG du Foyer du Bois : « L’avenir de l’île de Ré se jouera dans le mieux-vivre »

Annick Delalleau, présidente du Foyer du Bois pendant 14 années, qu’elle a porté parfois à bout de bras, ne se représente pas.
Publié le 06/12/2018
AG du Foyer du Bois : « L’avenir de l’île de Ré se jouera dans le mieux-vivre » 5.00/5 (100.00%) 2 votes

Les AG du Foyer du Bois-Plage sont toujours bien suivies. L’occasion de mesurer la diversité des activités proposées et l’état d’esprit de cette association qui draine des adhérents de toute l’île de Ré.

C’est parce qu’il s’agit de la seule association à ne fonctionner qu’avec des bénévoles, qui donnent de 9 à 18h de leur temps par semaine, que l’AG débute toujours par la présentation de toutes les activités par les animateurs eux-mêmes. Aussi diversifiées que les effectifs sont fluctuants d’une année sur l’autre, rendant d’autant plus compliquée la gestion des emplois du temps et des salles.

Des activités très diversifiées sportives, artistiques et de loisirs

Activités manuelles pour les enfants et préparation du salon créations passions auquel participent chaque année près de 25 amateurs et professionnels (les 9 et 10 mars 2019), atelier de découverte des jeux de ballons pour les 4-7 ans, atelier peinture pour les 5-11 ans et quelques adultes, cours de boxe avec 16 filles et garçons, chansons, sketchs, mimes, spectacles grâce à l’activité cabaret (qui animera une soirée Restos du Coeur le 17 mars), atelier customisation d’objets, activité cuisine loisirs avec un repas une fois par mois ouvert à tous les adhérents, atelier Chi Quong, Taï chi Chuan, yoga, méditation, initiation à l’informatique, nouvel atelier Maquettes de modèles réduits (activité qui pourrait être proposé aux écoles)…

Cet inventaire ne serait pas complet sans Ré Danse et ses 64 danseuses (et danseurs) de 4 à 18 ans venant de toutes les communes, ses chorégraphies toujours renouvelées, ses 128 costumes et jolis décors demandant trois mois de préparation avant le grand Soir (Spectacle de Noël le 9 décembre). Et sans l’atelier Sonorisation qui contribue, avec du matériel de pro, à animer les différents spectacles de danse, cabaret, karaoké et autres soirées. Le Foyer est toujours disposé à prêter son matériel aux autres associations qui en auraient besoin, dans son habituel esprit de solidarité.

Le Foyer abrite aussi les stages de cirque de Pietro, qui accueillent 360 enfants durant un mois durant les grandes vacances.

Une farouche volonté de préserver un état d’esprit associatif, un lien social intergénérationnel

Toutes ces activités sont accessibles à l’ensemble des adhérents, dont le ticket d’entrée est symbolique : 15 € pour l’inscription d’un enfant à l’année, 30 € pour celle d’un adulte. Si les adhérents sont nombreux à apprécier l’ambiance du Foyer – plus de 530 adhérents pour 18 activités – la présidente regrette toujours l’esprit consumériste qui préside désormais dans notre société, qui fait qu’ils ne participent guère à la vie de l’association. Le Foyer fonctionne exclusivement sous la forme de bénévolat, et avec un budget annuel très limité de 25 000 €, à l’équilibre. Ses recettes proviennent des adhésions, de produits de fêtes et animations et d’une subvention de 4000 €.

La présidente du Foyer et son Bureau se démènent pour animer la vie du village, dans une ambiance familiale : Fête de la Citrouille qui draine des centaines d’enfants et d’adultes dans les rues du village, spectacle de Noël avec ses 500 spectateurs, Réveillon piquenique jusqu’à 5 h du matin (thème rouge et or cette année), méga-loto vintage, salon créations passions, chasse à l’oeuf plage des Gollandières (400 oeufs cachés), participation à la Fête des Associations de la CdC, à la Fête des Lumières (les adhérents concoctent 600 à 700 biscuits et chocolats chauds), stand au Marché de Noël du Bois et soirée Tartiflette.

Quelques coups de gueule

L’occasion pour Annick de rappeler combien tout ce qui a trait aux enfants la touche, ce qui explique son soutien appuyé à la patinoire de Noël mise en place chaque année gratuitement par la Municipalité. Et d’asséner un nouveau coup de gueule, gentil mais ferme, marque de fabrique d’Annick : « Il s’agit d’une activité gratuite pour les enfants, qui viennent de toute l’île, toutes les associations du Bois devraient être présentes sur ce marché de Noël et s’investir, car il s’agit de notre avenir, celui de nos enfants ».

Autre coup de gueule, en présence du président de la CdC, les « dérives de Destination Île de Ré qui devient – selon Annick – trop commerciale et perd en convivialité. Les offices de tourisme offraient un énorme relais pour toutes les associations, cette année ils ont eu pour consignes de refuser de faire la promotion des toutes les animations associatives… Seule Loix continue de le faire. Destination île de Ré vend du sel, des produits dérivés, son directeur se définit comme un « homme d’affaires »… Les dimensions de convivialité et d’humanité devraient aussi compter, c’est aussi ce que les touristes apprécient sur notre île, ces petites fêtes de village ».

Le soutien entier des élus

La présidente a salué la présence du Maire, Jean-Pierre Gaillard, de ses adjoints, François Morin et Alain Gauriaud, ainsi que celle du président de la CdC, Lionel Quillet : « Votre présence à notre AG constitue une preuve de votre soutien et une reconnaissance de tous les bénévoles du Foyer du Bois- Plage ». Elle a confirmé qu’il s’agissait de sa dernière AG en tant que présidente, des raisons de santé l’obligeant à prendre un peu de distance. Le remplacement du tiers sortant du Conseil d’Administration a confirmé l’entrée en son sein de Bérengère Boury, Michèle Debarge, Sarah Durand et Guillaume Perrin. La première réunion de ce nouveau Conseil d’Administration, lundi 3 décembre, a procédé à l’élection d’un nouveau Bureau et d’un nouveau président. Ont été élus à unanimité les 21 membres, parmi lesquels : Alain Delalleau (président), Marylise Marieau, Patrick Noirez, Annick Delalleau (vice-présidents), Réjane Marquant (trésorière), Nicole Renaudin (trésorière adjointe), Marie Laure Beauvais (secrétaire), Stéphane Denis (secrétaire adjoint). Pierre Cornic et Claudette Jean Dit Berthelot sont membres d’honneur.

Jean-Pierre Gaillard, maire du Bois, a salué « l’ingéniosité du Foyer qui trouve toujours de nouvelles idées et activités et oeuvre pour le bien de tous et la qualité de vie. Le Foyer a cette capacité de fédérer autour de différentes activités. Nous sommes bien conscients du problème de disponibilités des salles. Lors du prochain mandat, si un nouveau projet de logements aidés voit le jour à l’îlot Normand, il faudra réfléchir à y maintenir des salles, pour que ce quartier continue de vivre et la Foyer de fonctionner dans de bonnes conditions. Je suis inquiet du départ d’Annick et j’espère que la nouvelle équipe qui va se mettre en place sera à la hauteur de l’enjeu, un vrai enjeu de vie sur l’île de Ré ».

Lionel Quillet, président de la CdC, a expliqué que « la CdC a investi depuis dix ans 70 millions d’euros dans tous les domaines : digues, transport, crèches, logement social, culture, équipements sportifs et accompagne voire tient à niveau certaines communes, qui ne pourraient faire face seules aux enjeux. C’est ainsi que la compétence Tourisme a été prise, qui a permis de monter au niveau classe 1, qui permet aux communes de toucher les droits de mutation. C’est aussi la mise en place très rigoureuse de la perception et du suivi de la taxe de séjour. La gestion des animations dans les villages a par contre été conservée par les communes, à la demande de celles-ci. Les bureaux d’accueil de Destination île de Ré n’ont donc plus la compétence, ils ne doivent pas gérer une animation ni communiquer sur les animations des communes, ce qui pourrait être source de contentieux. Loix a trouvé une solution pour pallier ce manque, nous allons en trouver dans les autres communes… »

« Je suis parfaitement conscient a dit le président que l’avenir de l’île de Ré se jouera désormais dans la vie de village, le mieux vivre, la relation humaine, tout ce qui est le plus difficile à construire, ce que l’on ne peut n’y obliger, ni payer. Je vous remercie pour ce que vous faites, car nous on ne peut le faire. L’entraide sociale est inscrite dans les gênes des Rétais. Politiquement je vieillis, j’ai compris avec le temps, qu’au-delà des gros projets, la meilleure réalisation est dans la vraie vie du quotidien. Ce liant, vous l’avez trouvé. Les élus passent, le Foyer restera ».

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires