Social

Social

Accès au numérique : « Ne laisser personne au bord de la fibre »

Mounir Majoubi et Dominique Bussereau lors de la signature le 18 mars 2019.
Publié le 02/04/2019

Le Secrétaire d’Etat au numérique Mounir Majoubi est venu le 18 mars à La Rochelle pour signer une convention entre son ministère et le Département. La Charente-Maritime a été choisi comme territoire pilote pour accompagner les 20 % du public exclu du numérique.

« Lorsqu’on a dématérialisé les demandes de bourses au collège, on a vu une baisse du nombre de demandeurs, parce qu’un certain nombre n’a pas pu ou su faire la démarche sur internet », raconte le président du Département Dominique Bussereau pour illustrer une réalité nationale : 20% – soit un peu plus de 13 millions de Français – ne savent pas se servir du numérique, selon une enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc).

Une convention et un dispositif d’aides et d’actions

« Aujourd’hui, ne pas savoir utiliser le numérique complique la vie : pour faire ses démarches administratives, mais aussi pour trouver un emploi. Statistiquement, un demandeur n’ayant pas les bases met un mois de plus à trouver du travail que quelqu’un maîtrisant l’outil », précise Mounir Majoubi, « C’est pour ça que nous devons investir dans l’accompagnement social. Et la seule solution, c’est un schéma en dentelles, adapté aux spécificités des territoires, quartier par quartier ».

Cette convention signée avec l’Etat fait suite à un appel à projets de la Caisse des Dépots « Hubs France connectée » sur l’inclusion numérique. La Charente-Maritime a candidaté l’an dernier et a été retenue avec deux acteurs départementaux spécialisés dans ce domaine, Soluris et Net Solidaires. Inscrit au Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services public, ce dispositif d’aides et d’accompagnement va être décliné en cinq volets sur l’ensemble du territoire.

Ses diverses actions consistent en premier lieu à permettre l’accès à internet en mettant à disposition connexion et équipements pour y accéder. Il s’agit également de faire connaître l’offre existante, des abonnements à internet aux lieux publics de connexion : les bibliothèques, les cinquante-et-un collèges publics et les cent-vingt lieux d’accueil d’actions sociales devraient être ouverts au public en ce sens. Le Département va notamment réfléchir avec les bailleurs sociaux à la mise en place d’abonnements à prix réduits. L’apprentissage de l’utilisation des outils numériques passera quant à lui par des ateliers ou des prises en charge ponctuelles par les personnels desdits sites. Ces derniers seront également formés pour accompagner le public dans ses démarches ponctuelles sur internet.

L’ensemble de ces acteurs seront mis en réseau pour des retours d’expériences et améliorer la prise en charge. Objectif : voir les premiers résultats en 2020.

Anne-Lise Durif

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires