Culture

Culture - Loisirs

A La Java des Baleines, la culture est festive

© Nathalie Vauchez - A la fois bar-resto, lieu de concerts et de spectacles, site de loisirs, La Java des Baleines est un vrai lieu de vie.
Publié le 10/05/2023

Unique sur l’île, ce point de rencontre convivial, festif et culturel ouvre les horizons de tous, petits et grands, jeunes et seniors, habitants et vacanciers. Après La Java du Fort à La Flotte, nouveauté de ce début de printemps 2023, le chapiteau de La Java des Baleines sera de retour du 26 mai au 26 août. A savourer sans modération.

Avec une dizaine de festivals cette année, et toujours des concerts live, un cabaret cirque, des bals, des soirées jeux ou quizz musical, des spectacles pour enfants, mais aussi des ateliers et stages jeune public ou adultes, un parc de jeux géants en bois… et des food-trucks partenaires, La Java fera tourner les têtes durant trois mois.

Un projet ayant du sens

Les trois co-fondateurs de La Java des Baleines, François Pécheux, Jonathan Odet et Emmanuel Journel, ont fait de cet endroit iconoclaste, joyeux et spontané, l’un des premiers lieux de diffusion de culture sur le territoire. Pour la sixième année consécutive, l’équipe de La Java revient ainsi animer nos fins d’après-midis et soirées printanières et estivales. Ils ont réussi le pari un peu fou sur l’île de Ré de réunir chaque soir un public mixte en termes de générations et d’origine sociale. La décontraction est de mise et la qualité de la programmation attractive pour tous. Ni élitiste, ni populaire, bien plus qu’un simple « bon moment », elle fait vivre à chacun une expérience culturelle immersive et festive.

« Toutes les origines, toutes les générations, tous les profils se retrouvent à La Java. Notre spectre s’est fortement élargi en termes de publics. Ceux-ci ont bien identifié que nous étions tout à la fois bar-resto, lieu de concert et de spectacle, site de loisirs, bref un vrai lieu de vie. Nous ne rentrons dans aucune case, nous sommes une sorte d’OVNI. », explique Jonathan Odet, l’un des trois co-fondateurs de La Java.

A chaque soir ses rencontres, humaines, artistiques, culturelles différentes, on ne sait jamais à l’avance qui on va rencontrer, quelle sera l’ambiance, mais l’on est certain d’être surpris. Et que l’on reviendra !

Des festivals pour tous les goûts

Gérée par l’association rétaise « Label Oyat », qui travaille à l’année sur différents projets culturels, la programmation artistique et culturelle, préparée collectivement par une quinzaine de personnes qui proposent et sélectionnent, devient cette année plus pointue, traduisant la volonté de La Java d’aller plus loin et de prendre des risques.

Dix festivals seront déclinés tout au long de cette saison. « Il s’agit de rendre plus compréhensible notre programmation, le concept de La Java des Baleines, sur juste trois mois, est compliqué à cerner. »

Après le Wipe Out Surf Festival qui célèbre la culture de la glisse du 12 au 14 mai à La Java du Fort et sur le spot des Grenettes (lire notre article en page 11), place au festival Gipsy Island les 2 et 3 juin. Le 2 juin, le spectacle de danse équestre d’une compagnie chilienne et franco-espagnole sera suivi d’un concert de flamenco ; Le 3 juin, la famille des Gipsy Kings enflammera le chapiteau villageois.

Le 9 juin, le festival La Pachanga- Fiesta Latina sera organisé par l’association latino-américaine Intégré* en partenariat avec La Java des Baleines, dans le cadre de la 10e édition de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes organisée par le ministère Français des Affaires étrangères. Au menu, concert de la chorale des Iavnana, danses latino-américaines, groupes de musiques latines et mise en place d’un petit marché d’artisans et de stands proposant des plats typiques d’Amérique latine. Dès le 7 juin, La Java accueillera en résidence des artistes équatoriens, qui donneront un concert le soir.

La Java a coutume de mettre à l’honneur un pays d’Europe. Cette année, les 23 & 24 juin le festival du Portugal permettra de découvrir le folklore portugais, à travers des jeux, danses, musiques contemporaines et art culinaire. « Il y a une vraie communauté portugaise sur l’île de Ré, peu présente sur les événements, ce festival fera mieux connaître sa culture », explique Jonathan. Samedi 24 juin, l’artiste chanteur multi-instrumentiste et accordéoniste Cordeone sera en concert sous le chapiteau.

Un orchestre de musique classique sera accueilli en résidence d’artiste à La Java du 4 au 10 juillet, avant le festival programmé du 10 au 16 juillet. Un concert sera donné au Fort La Prée à La Flotte, un autre à La Redoute aux Portes, et deux dates au moins sont prévues à La Java. D’autres sites sur d’autres communes sont en attente ; Des spectacles mêlant musique, cirque et théâtre seront programmés en plein air et sous le chapiteau.

Un festival de danses traditionnelles aura lieu les 7 et 8 juillet en partenariat avec une association rochelaise : une soirée sera consacrée aux danses bretonnes, la seconde à l’ensemble des danses.

Juillet sera décidément très iconoclaste, avec le festival des solos de cirque, conçu comme un tremplin pour des artistes performers en solo qui présenteront à tour de rôle toutes sortes de numéros circassiens. Ils seront départagés par un jury et un vote populaire, avec un gagnant chaque soir des 17 et 18 juillet.

Le mois s’achèvera du 23 au 25 juillet avec le festival des mammifères marins, organisé en partenariat avec la Mairie de Saint-Clément des Baleines, Ré Nature Environnement et les Ré-Acteurs. Ateliers, malles pédagogiques, fresque participative, jeux et exposition sur différents sites de Saint-Clément sont au programme de ce festival de sensibilisation, ainsi qu’un concert, un spectacle et des animations en soirée.

En août, l’équipe de La Java envisage d’organiser un nouveau festival en hommage à Claude Nougaro, elle attend les réponses des artistes pressentis. Puis les 7 et 8 août, place au bien-être avec le festival Flower Power, en partenariat avec des acteurs du bien-être et de la relaxation de l’île de Ré : ateliers en journée et concerts en soirée sont prévus.

Les 24 et 25 août, le festival Queer mettra sur le devant de la scène la question des genres : conférence, spectacle Drag Queen, bal Madonna termineront la saison des festivals de La Java, qui fermera son chapiteau le 26 août.

Semaine type à La Java

Evidemment, la semaine type à La Java, hors festival, se déclinera comme à l’accoutumée. A partir du 26 mai et jusqu’à début juillet : concerts les mardis et vendredis ; les mercredis : à 18h Donin fera danser et chanter les plus petits. A 20h30, la scène s’ouvrira à tous les musiciens ou chanteurs, pour des soirées jam uniques ; Quizz musical spécial Java les jeudis, cabaret Ophidie Circus suivi du Grand Bal de La Java les samedis. A partir du 5 juillet, La Java ouvrira tous les jours de 18h à minuit, avec aussi une programmation jeune public le dimanche à 18h30 : marionnettes, cirque, concerts et spectacles raviront les familles.

En journée, La Java proposera toujours ses activités : ateliers théâtre avec la Mer Ecrite, sophrologie, danse olfactive, yoga, arts plastiques, relaxation, etc.

Bal et soirée d’ouverture de Jazz au Phare

Le 13 juillet, le chapiteau restera ouvert jusqu’à 2 heures du matin, pour son bal « du 14 juillet ». Et cette année encore, la soirée d’ouverture du Festival Jazz au Phare se déroulera à La Java des Baleines le 30 juillet, avec une soirée flamenco jazz et un chanteur-saxophoniste hors norme : Antonio Lizana.

A La Java, la programmation est participative et l’équipe travaille avec un nombre impressionnant d’associations et autres acteurs du territoire. C’est aussi pour cela qu’elle plaît, bien ancrée sur le territoire. Quand La Java est là, tout le monde y va, en solo, en famille, entre amis et tous se mélangent pour un cocktail réussi de culture, de convivialité et de vie, tout simplement.

*Lire notre article page 22.

Côté financier

La Java des Baleines loue le terre-plein du Moulin Rouge à la Commune et paie également le stockage à l’année de ses équipements et matériels, ainsi que l’approvisionnement en électricité dont elle s’occupe directement.

Label Oyat, association culturelle qui assure la programmation de La Java, reçoit des subventions de la Communauté de Communes de l’île de Ré et du Département de Charente-Maritime. Celles-ci permettent de maintenir des billetteries faibles, malgré un équilibre financier précaire.

A noter le soutien sans faille (non financier), toute l’année, de la Commune de Saint-Clément des Baleines et de la Maire, Lina Besnier.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires