Terroir

Agriculture

21 000 visiteurs au salon de l’agriculture

Le salon de l’agriculture était l’occasion de découvrir quelque 200 animaux. (© Anne-Lise Durif)
Publié le 08/11/2017

La première édition de Balade à la Ferme a fait le plein au parc des expositions, le dernier week-end d’octobre. Retour sur un salon où l’île de Ré avait aussi sa place.

« Oh, les petits cochons, regarde, Léo, comme ils sont mignons !« , dit une mère à son fils. Mais le garçonnet, lui préfère visiblement les baudets du Poitou, avec leurs longues franges crépues. Les petites bêtes ont toujours la cote auprès des enfants et l’expérience s’est de nouveau confirmée au salon de l’agriculture organisé au parc des expositions de La Rochelle les 27, 28 et 29 octobre. ça tombe bien, c’est justement les familles que la Chambre d’agriculture, le Département et la Communauté d’agglomération de La Rochelle visaient en organisant ce « Balade à la ferme », sorte d’ersatz locale du salon de l’agriculture parisien. Un salon mis sur pied suite à la fermeture de l’ancienne foire de Surgères, rendez-vous annuel incontournable des professionnels du secteur jusqu’en 2015.

Parmi les trois halls d’exposition à explorer, l’un a été entièrement dévolu à des jeux pédagogiques pour faire découvrir l’univers agricole aux enfants : parcours d’une céréale, confection du beurre, vie de la ruche, etc. Dans le hangar n°2, 200 bêtes étaient à découvrir en compagnie de leurs éleveurs charentais et vendéens : vaches, chevaux, ânes, poules, lapins… Une occasion d’apprendre que la vache Limousine est devenue la numéro 1 des élevages charentais-maritime, avec quelque 11 500 têtes réparties dans 400 fermes du département. Elle rafle ainsi la première marche du podium à la Charolaise, longtemps en tête du classement locale.

Un salon de l’agriculture ne serait évidemment rien sans un marché de producteurs et d’artisans : 35 d’entre eux, venus des deux Charentes et de Vendée, avaient répondu à l’appel des organisateurs, dont quelques-uns de l’île de Ré…

Anne-Lise Durif

 

Ils étaient présents…

Elodie Nardèse, Le Pastis de l’île de Ré

« Avec mon associé Didier Dorin, nous faisons rarement les salons, en dehors du SIAL et quelques autres salons professionnels comme le salon de l’épicerie fine en septembre. Nous avons des revendeurs et nous voulons les laisser travailler », explique Elodie Nardèse, co-fondatrice du Pastis de l’île de Ré. « Quand la Chambre d’agriculture nous a sollicités en début d’année pour participer, on a dit oui pour soutenir cette belle initiative, sans savoir vraiment quelle envergure ça allait prendre. La Chambre voulait des producteurs et des artisans pour représenter les savoir-faire du Département, et en ce sens ça nous a semblé important d’être présents. » Elodie Nardèse s’est dit agréablement surprise de constater l’affluence sur cette première édition. « On rencontre beaucoup de Rochelais qui ne connaissaient pas notre produit », constate-t-elle.

 

Elodie Nardèse au stand du Pastis de l’île de Ré

Elodie Nardèse au stand du Pastis de l’île de Ré (© Anne-Lise Durif)

Frédéric Héraudeau, la Rebelle

Producteur de la pomme de terre « La Rebelle », Frédéric Héraudeau est venu avec l’un de ses deux associés, Laurent Benuzzi. Avec des cultures à Ars, Les Portes, La Flotte et Sainte-Marie, les trois hommes cultivent une pomme de terre hors AOP de l’île de Ré, dont Frédéric Héraudeau a quitté la coopérative il y a sept ans. Son objectif d’alors : pratiquer une agriculture « en raisonné », plus proche de ses convictions personnelles. Le salon était donc l’occasion de faire découvrir leur démarche et leur produit aux consommateurs.

« Au final, on se rend compte qu’on est beaucoup plus connus que ce que l’on pensait », observe Laurent Benuzzi, « même si certains nous confondent encore avec les pommes de terre de l’île de Ré en AOP. On est là pour leur expliquer ».

 

La pomme de terre La Rebelle n’a pas d’AOP.

La pomme de terre La Rebelle n’a pas d’AOP.

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires