Culture

Atelier d'artiste - Ars en Ré

Visite de l’atelier de Quiberon

Le gorille est une espèce en voie de disparition.
Publié le 06/09/2017
Noter cet article

En septembre, à une encablure du port d’Ars, Quiberon ouvre son atelier aux amateurs.

Depuis plusieurs années déjà, Quiberon a campé son atelier rétais au fond d’un petit mais non moins luxuriant jardin où les romarins, les lavandes et les tomates empiètent sans vergogne sur l’espace d’exposition. Dessinateur, peintre, sculpteur, plasticien, Quiberon travaille toutes les matières. Il partage son temps entre Ars et Berlin. Ses inspirations sont mues par la diversité des cultures et son travail rayonne à travers une large sphère de techniques et de recherches. Sa réflexion, elle, est bien déterminée.

Des têtes et des corps de métal

Assis dans l’herbe, un gorille et son rejeton nous accueillent, un cheval, terrassé sur un champ de tir, gît pattes en l’air près du mur, une tête d’orang-outan les regarde depuis son piédestal.

L’apparente incompatibilité de la matière et du sentiment est un hymne à la vie, à la force, à la nature. Ses sculptures, parfois monumentales, impressionnent. Le métal, froid et brut, qu’on dirait incapable à restituer la vie est animé par la vraisemblance des attitudes. L’oeil du sculpteur perçoit l’humanité du modèle, sa main la sublime.

Chez Quiberon, la sculpture naît en premier, sans croquis préalable. Quel que soit le matériau utilisé, fer, plaque bituminée, plastique, la création, pour lui est affaire de matière, de liant et de forme.

L’économie de matière a minima et la géométrie des plaques de métal n’expliquent en rien la forte personnalité qui émane des amas bruts. Des manques, des trous, des orbites béantes naît le mouvement, comme dans une photo floue. Les absences esquissent l’âme du grand singe plutôt qu’elles en dessinent ses contours.

artiste-quiberon

L’artiste dans son petit jardin d’Ars.

Les voies de la disparition

Quiberon est inspiré par les corps. Cheval, rhinocéros, poisson, il étudie les formes musculeuses et puissantes de l’animalité, notamment des espèces vouées à disparition. La série mise au jour dernièrement, dessins, affiches, sculptures, est entièrement consacrée au singe, le gorille et l’orang-outan, dont l’habitat (principalement en Indonésie) est éradiqué par la culture intensive du palmier à huile.

Cette série sur le singe est une réflexion parmi d’autres. L’influence berlinoise de Quiberon le pousse dans des retranchements sans cesse plus novateurs. Aux cimaises de son atelier on peut voir de singuliers tableaux, vagues ou planches de bois, forêts ou eau d’un lac ? La lecture en est personnelle, la matière est noire, « on en revient toujours à la matière, le liant et la forme, commente l’artiste, mais le public n’est peut-être pas prêt…».

Véronique Hugerot

 

Atelier Quiberon

Rue de Mouillebarbe

17590 Ars en Ré

Sur rendez-vous.

Contact : quiberon1921@hotmail.fr

Facebook : Quiberon-

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires