PUBLI-INFO

Environnement

Pêcheurs à pied, pratiquez une pêche respectueuse !

Publié le 06/09/2017
Noter cet article

Pour tout pêcheur à pied averti des règles essentielles de comportement sont à respecter, en matière de sécurité, de préservation de l’estran & de la biodiversité, et de pratiques de pêche. L’équipe d’écogardes de la Communauté de Communes de l’Ile de Ré assure une double mission de sensibilisation et de surveillance des pêcheurs à pied, toute l’année.

L’estran est la zone de balancement des marées, comprise entre le niveau de l’eau à marée haute et le niveau de l’eau à marée basse. Partie intégrante du domaine public maritime, accessible à tous, l’estran représente une zone de pêche par excellence.

La faune et la flore qui vivent sur l’estran sont adaptées à la vie aquatique et aérienne en alternance des marées et se répartissent sur l’estran en fonction de leurs besoins. Il est ainsi primordial pour leur survie de les laisser à l’endroit précis où on les trouve.

L’estran abrite une richesse faunistique et floristique dense.

L’estran abrite une richesse faunistique et floristique dense. © Nathalie Vauchez

Votre sécurité prime

Avant de se rendre sur l’estran, il est indispensable de regarder les conditions météorologiques, les horaires et coefficients de marée, et de prévoir de remonter de la pêche environ une demi-heure après la basse mer. Nombre de pêcheurs, y compris chevronnés, se font surprendre par la vitesse de remontée de la mer…

Si vous partez pêcher seul, informez un proche en lui précisant votre lieu de pêche du jour et prenez un téléphone portable. Il est prudent de ne jamais aller à la côte par temps de brouillard et de toujours garder une boussole avec soi, le brouillard peut très vite tomber.

La prudence impose également de ne pas présumer de ses forces, et de se protéger, notamment les pieds avec des chaussures adaptées.

Une réglementation stricte, de nouvelles contraintes au 1er janvier 2018

Interdite entre le coucher et le lever du soleil, la pêche maritime à pied de loisir des coquillages est aussi proscrite à moins de 25 mètres du périmètre des concessions de cultures marines (parcs ostréicoles…) et des écluses à poissons. Un ostréiculteur ne peut autoriser personne à pêcher dans ses parcs…

La quantité maximale de coquillages autorisée par pêcheur et par marée est fixée à cinq kilogrammes, toutes espèces confondues et le produit de la pêche de loisir ne peut être vendu. Une taille minimale de capture est établie pour chaque cible de pêche (par exemple 3 cm pour la crevette grise, 4 cm pour la palourde ou la moule, 4,3 cm pour la praire, 5 cm pour l’huître creuse ou le bouquet…), la réglette est l’outil le plus fiable pour s’assurer de respecter ces tailles minimales.

Au 1er janvier 2018, une nouvelle réglementation, plus compliquée et contraignante, s’appliquera.

écluse-publi

Il est interdit de pêcher à moins de 25 mètres des zones réservées telles les concessions ostréicoles ou écluses à poissons. © Nathalie Vauchez

Adoptez les éco-gestes !

Une pêche respectueuse passe par des pratiques responsables. Ainsi, pour préserver le patrimoine de l’estran, convient-il de ne pas retourner ni déplacer les pierres, une pierre retournée mettra trois ans à retrouver son équilibre en matière de biodiversité (algues, micro-invertébrés, etc).

Respecter la taille réglementaire est essentiel pour la préservation et le renouvellement de la ressource, via la reproduction.

De même, des pratiques de pêches respectueuses supposent une approche sélective, avec des outils adaptés. Il est par exemple préférable de pêcher la palourde au trou ou le couteau au sel.

La Communauté de Communes exerce des missions de sensibilisation et de surveillance

Dans le cadre de la première mission de sensibilisation, les huit écogardes se placent deux heures avant la basse mer sur le pas d’accès à l’estran, sur des sites aléatoires, sur toute la côte rétaise. Lors des marées à fort coefficient, jusqu’à six écogardes accueillent les pêcheurs, les questionnent sur ce qu’ils viennent pêcher, leur rappellent la réglementation, notamment en matière de quantité maximale et de tailles minimales. Ensuite, ils descendent sur l’estran pour observer comment se déroule la pêche et dispenser des conseils aux pêcheurs. En fin de pêche, les écogardes remontent sur le pas d’accès et contrôlent la pêche, en terme de poids total et de taille par espèce.

Près de 4 000 pêcheurs ont ainsi été sensibilisés en 2016, lors de 77 sorties des écogardes et 2817 réglettes ont été distribuées. De janvier à août 2017, près de 2 000 pêcheurs l’ont été également.

Concernant la surveillance, un contrôle ciblé est effectué. Positionnés sur le bord de l’estran, les écogardes surveillent les pêcheurs à la jumelle et ciblent les contrôles en fonction de leurs observations. Selon la nature et l’importance de l’infraction, ils peuvent délivrer un avertissement verbal et relever l’identité du pêcheur pour enregistrement sur un fichier d’infraction qui sera par la suite transmis au parquet ou si l’infraction est importante ou en cas de récidive ils peuvent rédiger un rapport de constatation qui sera transmis au procureur de la République qui étudiera les suites à donner. Ces procédures peuvent déboucher sur un simple rappel à la loi, sur une transaction pénale (50 à 200€) ou même être jugées devant un tribunal. Les amendes peuvent aller jusqu’à 22 500€, les infractions de pêche à pied étant considérées comme des délits.

ecogarde-publi

Les écogardes remplissent des missions de sensibilisation et de surveillance. © CdC Ile de Ré

Les actions des écogardes financées intégralement par l’écotaxe

Les salaires des écogardes, leurs missions, ainsi que les outils pédagogiques, sans oublier les actions de communication, sont intégralement financés par l’écotaxe et s’inscrivent dans le cadre de la compétence Environnement de la Communauté de Communes de l’Ile de Ré.

Pendant l’été les écogardes proposent des animations via les offices de tourisme à destination des familles notamment. Le reste de l’année des animations sensibilisant les scolaires à la biodiversité de l’estran sont également réalisées. Tous les grands sites de pêche à pied de l’Ile de Ré sont aussi dotés de panneaux d’information sur l’ensemble des pratiques de pêche.

Une vaste étude portant sur l’état initial de la faune et de la flore sur l’estran rétais a été réalisée en 2014, par le cabinet Bio-Littoral pour le compte de la Communauté de Communes, des études complémentaires sur des espèces particulières pourront être réalisées dans les années à venir, pour mesurer l’évolution des espèces ou habitats patrimoniales de notre estran comme les récifs d’hermelles ou les herbiers à Zoostere marine.

 

Contact Ecogardes 7 jours sur 7 :

05 46 66 56 69

Bureau des écogardes :

05 46 09 68 65 ou 06 48 71 25 95

ecogardes@cc-iledere.fr

www.cdciledere.fr