Enfants et jeunes

Loisirs

TerreMerCulture : la vie au jardin

Et voilà le travail, quelle fierté !
Publié le 26/04/2018
Noter cet article

Qu’il pleuve ou qu’il vente, sur un sol détrempé ou sous le soleil, le printemps, très exigeant, demande au jardinier de se remettre à l’ouvrage…

Celui de l’association TerreMerCulture ne fait pas exception à la règle : il faut préparer le sol aux plantations. Ce qui change peut-être, ce sont les jardiniers. Certains sont grands mais d’autres pas très vieux et très en forme : ce sont les enfants de l’Ile de Ré.

De Sainte-Marie à La Couarde

Pour les petits Rétais, c’était il y a peu le temps des vacances. Et pour certains, le moment d’un départ pas très lointain, quelques kilomètres à peine au nord de l’Ile, de leur village, Sainte-Marie, à La Couarde. Très originale une semaine ici mais ailleurs ! Direction le camping « Le Puma » pour une villégiature avec l’association TerreMerCulture. Voilà qui remplit d’enthousiasme son président Hubert Morineau, qui nous invite à assister à la naissance de la seconde butte des villages de l’Ile. La première, ce sont les enfants de La Couarde qui l’ont édifiée. Elle est belle, construite avec soin. La seconde sera donc pour Sainte-Marie. Mais ce matin c’est difficile, avec cette pluie qui n’a cessé de tomber. Dûment équipés, les enfants sautent avec joie dans la boue et rien ne les arrête. Hébergés au camping, ils jardinent le matin et font du poney l’après-midi. Le soir… Heuh, comment dire, après tant d’activités de plein air, parions que le couvre-feu tombe assez tôt. Mais heureusement, la butte de Sainte-Marie verra le jour sous un ciel redevenu bleu.

Cette semaine c’est peinture

Cette semaine c’est peinture

De la peinture au jardinage

Mercredi tout est permis ! Non c’est une blague. Mais cela dit le mercredi, c’est le jour des petits du centre de loisirs de La Couarde. Accompagnés de leurs animatrices, ils viennent se détendre mais aussi apprendre. Ils connaissent le chemin qui mène au jardin et l’empruntent deux par deux en se tenant la main, un spectacle adorable illuminé de sourires. Ils pratiquent ici des activités artistiques autant que manuelles. En alternance d’une fois sur l’autre, c’est peinture et jardinage !

Pauline Leriche Rouard

 

L’intérêt d’avoir un poulailler

terre-mer-poules

ça caquete sévère !

Quittons les enfants pour rejoindre les poules. Bien installées dans leur demeure de bleu vêtue, celles de TerreMerCulture sont prêtes à prodiguer leurs bienfaits et ils sont nombreux. D’où ce petit abécédaire. Car une poule c’est :

Attachant : La poule a sa personnalité, son mode de vie, ses habitudes Comme tout animal de compagnie, elle apporte de la présence et nous rend bien l’attention qu’on lui porte.

Drôle : La poule gambade, caquète, fait des simagrées. Ce petit animal tout en rondeur et en plumes est une vraie distraction à regarder. Elle nous détend et nous éloigne des soucis du quotidien.

Ecolo : La poule adore les épluchures et en absorbe quelques 200 kg par an. Moins de déchets, de sacs poubelles, et pour les oeufs pas de boîte en carton. Avoir une poule, c’est du circuit ultracourt !

Ethique : A l’heure de l’élevage industriel, source de tant de scandales tant sur la condition animale que sur les risques sanitaires, avoir une ou deux poules c’est un peu se rebeller contre un système au bout du rouleau.

Facile : Pas compliquée la poule. Il lui faut un peu d’espace, un endroit propre et de quoi picorer et pondre en toute sécurité.

Gourmand : Un bel oeuf tout frais dans lequel on trempe des mouillettes… Un vrai régal simple, naturel et nutritif qui fait le bonheur des petits et des grands au petit-déjeuner !

Rentable : Au prix des oeufs, surtout s’ils sont bons et bio, le calcul est vite fait. Deux poules vraiment pondeuses donnent jusqu’à 10 oeufs par semaine.

Vivifiant : Idiote la poule ? Et pourquoi donc ? Elle vie sa vie de poule et fait ce qu’elle a à faire sans se prendre la tête et ne met pas la pression. Avec elle, tout est simple et ça c’est rafraîchissant !

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires