Enfants et jeunes

Les P'tits rendez-vous du Livre

600 enfants de l’île de Ré sensibilisés à “La science et les livres”

Des élèves très attentifs et très sensibles aux propos de Jo Hoestlandt.
Publié le 15/12/2017
600 enfants de l’île de Ré sensibilisés à “La science et les livres” 5.00/5 (100.00%) 1 vote

A l’occasion des P’tits Rendez-vous du Livre du 13 au 18 novembre dernier, plus de 600 enfants de l’Ile de Ré de la grande section au CM2 ont rencontré auteurs, illustrateurs et scientifiques dans les écoles, bibliothèques, associations…

Cette opération initiée par la Communauté de Communes a été largement relayée par ses partenaires : la médiathèque, le collectif des bibliothèques et les associations Ré-Clé-Ré et Chifoumi.

L’objectif : donner l’envie de lire aux écoliers. Les inciter à fréquenter régulièrement les endroits mis à leur disposition comme les médiathèques et bibliothèques, pour leur donner le goût de la lecture. L’édition 2017 des P’tits Rendez-vous du Livre avait pour thème : la science et les livres. A travers la lecture, les enfants ont pu se familiariser avec l’astronomie, la biodiversité, la paléontologie, l’archéologie ou les mathématiques !

Ré à la Hune s’est invité à plusieurs rendez-vous…

 

Laurent Audouin expliquant sa méthode de travail à la classe de CM1/CM2

Laurent Audouin expliquant sa méthode de travail à la classe de CM1/CM2

La Flotte, mardi 14 novembre école élémentaire classe de CM1-CM2 d’Isabelle Martineau

L’illustrateur Laurent Audouin s’est rendu dans la classe de CM1/CM2 et autant vous dire qu’il était très attendu. Une certaine effervescence régnait parmi les élèves et l’institutrice Isabelle Martineau avait du mal à contenir leur impatience. Ce dessinateur a donné vie à « Sacré Coeur », un jeune aventurier du Paris des années 1900, en collaboration avec Amélie Sarn, l’auteure qui a créé ce personnage. 18 livres racontent les histoires palpitantes de ce héros où se mêlent énigmes au milieu de monuments parisiens, le tout pimenté par des fantômes, vampires, squelettes…

Isabelle Martineau nous confiait que ses élèves et leurs parents pour certains, ont été conquis et très absorbés par ses livres. A sa grande surprise, ce projet a fait l’unanimité même pour ceux qui ne sont pas forcément lecteurs. Toute la classe s’est prise au jeu de la lecture et aux aventures rocambolesques et un peu effrayantes de Sacré Coeur ! Chaque enfant avait préparé une série de question à destination de Laurent Audouin : Pourquoi les années 1900 ? Avez-vous prévu de sortir d’autres tomes de Sacré Coeur ? Combien de temps pour réaliser un livre ? Utilisez-vous du matériel particulier ? Comment vous faites-vous connaître auprès des éditeurs ? Les questions fusaient de toute part et la demi-heure impartie n’y a pas suffi. Les enfants étaient captivés d’autant que Laurent Audouin ponctuait ses réponses de dessins au tableau… on entendait alors des ah ! oh ! d’admiration devant tant de talent ! Il était venu bien outillé expliquant aux enfants que sa méthode de travail consistait à fabriquer en vrai les machines inventées par Amélie Sarn pour ponctuer ses ouvrages. Il a donc sorti le casque de la momie, modèle qui lui a servi à illustrer au plus proche de la réalité l’un des livres, l’a même prêté à un élève qui l’arborait très fièrement. A l’issu de cet échange très riche et pertinent dixit l’illustrateur, Laurent Audouin proposait de prêter son matériel pour que les élèves fassent un crayonné. Le Graal !

Grâce aux P’tits Rendez-vous du Livre, Isabelle Martineau a imaginé un projet pédagogique très complet qui se poursuivra notamment avec l’écriture d’un roman dont l’intrigue se déroulera dans l’église de la Flotte autour de la peinture de Sainte-Catherine. Elle espère que Laurent Audouin donnera son accord pour illustrer quelques pages. Et pour que la fiction devienne réalité, un voyage de deux jours à Paris avec toute sa classe est prévu vers mars/avril pour découvrir in situ l’histoire des monuments évoqués dans les aventures de Sacré Coeur : Tour Eiffel, Grand Palais, le Louvre…

Florence Sabourin

Une des machines, vraie modèle servant à l’imaginaire de l’illustrateur

Une des machines, vrai modèle servant à l’imaginaire de l’illustrateur

 

Mathématic et tac : un livre-jeu fantaisiste et pédagogique

Trente casse-têtes pas casse-pieds ont été habilement proposés aux jeunes lecteurs.

Jeudi 16 novembre, dans l’après-midi, les élèves des classes de CM1 et de CM2 du groupe scolaire Paul Laidet (au Bois-Plage), se sont déplacés à la bibliothèque de la commune accompagnés de leur maitresse Séverine Chanclou (également directrice de l’école). Ils avaient soigneusement préparé une série de questions adressées à Jo Hoestlandt, auteure(1) de livres destinés à la jeunesse, qui s’était spécialement déplacée pour intervenir dans le cadre des « P’tits rendez-vous du livre 2017 », organisés par la Communauté de communes. L’un des objets de cet entretien était la présentation du livre « Mathématic et tac », publié en 2010, dont les élèves avaient pris connaissance en classe.

Une découverte des mathématiques sous un angle ludique

« Les maths me sortaient par les yeux quand j’étais petite, j’ai fait ce livre pour me venger… ». C’est dans ces termes que l’intervenante s’est exprimée. « Mathématic et tac » est un ouvrage qui dépoussière et qui a pour vocation de rendre accessible à tous les mathématiques. Il présente trente problèmes originaux, accompagnés de dessins malicieux, avec les solutions. Il s’agit d’un livre jeu qui s’adresse aux enfants de 8 à 10 ans. La fantaisie des problèmes proposés sublime toute forme d’approche pédagogique. La découverte des maths se font sous une forme ludique. Sur la quatrième de couverture, le jeune lecteur est d’emblée informé et rassuré : « Tu détestes les maths, ce livre est fait pour toi. Tu aimes les maths, ce livre est fait pour toi… ». Avant de présenter le reste de sa collection, Jo Hoestlandt a conclu en insistant sur le fait que tous ses livres racontent des histoires, alors que « Mathématic et tac », c’est un jeu, un clin d’oeil… ».

Une production littéraire abondante

Jo Hoestlandt, qui était professeure de lettres, a confié à son jeune public que, toute petite, elle était déjà passionnée par l’écriture. Les élèves, à tour de rôle, ont posé une suite de questions rédigées, auparavant, sur des fiches. Ils ont pris une quantité de notes et semblaient passionnés par les propos de l’intervenante.

« Je n’invente rien, je raconte… Ma source d’inspiration, c’est la vie. Chaque personne qui arrive à la fin de sa vie est devenue un héros », déclare Jo Hoestlandt. Elle ajoute : « je veux que les mots prennent des chemins secrets pour aller vers le coeur de mes lecteurs ».

L’auteure organise, régulièrement, des ateliers de lecture et d’écriture sur l’ensemble du territoire national. A chaque fois, elle incite le jeune public à suivre ses conseils : « dans ce que vous écrivez, faites passer ce que vous vivez ! ».

Pour conclure son propos et les dialogues qui ont duré plus d’une heure, Jo Hoestlandt a invité chaque élève, une fois arrivé en classe, à écrire une petite phrase qu’il aura retenue de son intervention, de la faire partager à ses camarades et d’en discuter.

Séverine Chanclou était tout à fait satisfaite du comportement de sa classe. Elle nous a confié que ses élèves avaient fait plusieurs recherches sur internet pour préparer cette séance. Ces derniers ont paru enchantés de rencontrer un écrivain. L’enseignante a insisté sur l’importance de développer l’envie d’écrire chez l’enfant. Elle a, personnellement, apprécié d’avoir participé à un projet parfaitement bien construit par la CdC.

Nous signalerons, pour finir, que Jo Hoestlandt a obtenu le prix mondial du livre pour la jeunesse avec « La grande peur sous les étoiles », un ouvrage qui raconte la rafle du Vel d’hiv.

Jacques Buisson

(1) Jo Hoestlandt est une femme

 

Six des neuf collégiens entourent le cabinet de curiosités en compagnie de l’auteur de L’histoire de la vie en BD, Jean-Baptiste De Panafieu

Six des neuf collégiens entourent le cabinet de curiosités en compagnie de l’auteur de L’histoire de la vie en BD, Jean-Baptiste De Panafieu

Rencontre avec Jean-Baptiste De Panafieu

 

Neuf jeunes du collège avaient rendez-vous avec l’auteur de L’Histoire de la vie en BD une bande dessinée qui nous transporte cinq milliards d’années en arrière.

Ils sont en 5ème et 6ème aux Salières, ils se rendent une fois par semaine après les cours à l’association Ré-Clé-Ré pour l’aide aux leçons et aux devoirs.

Depuis la rentrée de septembre, ils ont consacré un peu de leur temps à la lecture de L’histoire de la vie en BD. Destinée au 10-12 ans, l’ouvrage présente l’évolution de la terre depuis sa formation jusqu’à nos jours tout en dialogues et en dessins et en humour. Le big bang, les toutes premières formes de vie, les dinosaures, les poissons, les plantes et aussi l’homo sapiens.

Le cabinet de curiosités, une interprétation très personnelle

Avec l’équipe de Ré-Clé-Ré, les collégiens ont relevé un mot par page et constitué un petit cabinet de curiosités. À l’intérieur d’une mallette en carton faite maison, plusieurs tubes à essais contiennent les organismes ou les idées relevés dans la BD qu’ils ont reproduits en pâte à rêve : un oursin aux couleurs extraordinaires, du magma vert cru, une parade nuptiale, symbolisée par un chien qui pisse sur un arbre révèlent une oeuvre spectaculaire !

Lundi 13 novembre, une fois les devoirs faits, c’était leur grand rendez-vous avec l’auteur, ils ne se sont pas fait prier pour assouvir leur curiosité.

Le jeu des questions réponses

Combien de livres avez-vous crées ? Qu’est-ce qui vous a inspiré ? Combien de temps vous a-t-il fallu pour écrire ce livre ? Quelles études avez-vous faites ? Tous vos livres sont-ils édités chez le même éditeur ? Y a-t-il des livres qui n’ont pas été publiés et comment faites-vous pour envoyer tous ces exemplaires par la poste ?

Bien des questions faisaient naître un sourire bienveillant à l’auteur. Biologiste, océanographe spécialisé dans la faune sous-marine et ex-professeur de SVT, Jean-Baptiste de Panafieu, fort de quelque quatre-vingt parutions, s’est gentiment prêté au jeu des questions.

La BD c’est un métier

En somme, les jeunes étaient surtout curieux du métier d’écrivain, même si trois d’entre eux seulement affirmaient aimer la lecture. Ils voulaient tout connaître des détails pratiques de production d’une BD, le travail de l’illustratrice, le coût d’un livre et combien gagne l’auteur.

À ma grande surprise peu ou pas de questions relatives à l’avènement de la vie sur terre, mais Jean-Baptiste De Panafieu, rompu à l’exercice, me rassure : « C’est toujours cela qui les intéresse, leur curiosité va au métier plus qu’au sujet lui-même ».

J-B de Panafieu rencontre son jeune lectorat en moyenne une dizaine de fois par an, il commence à le bien connaître.

Véronique Hugerot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires