Services

Social

Fermeture d’AquaRé : les salariés de Vert Marine, inquiets, montent au créneau

Le grand bassin de natation, tout comme le bassin ludique, le toboggan, la pataugeoire et l’espace forme vont être fermés pendant 10 mois à partir du 2 septembre 2019.
Publié le 10/07/2019
Fermeture d’AquaRé : les salariés de Vert Marine, inquiets, montent au créneau
4.3 (86.67%) 3 vote[s]

Cela fait plus d’un an que la fermeture pour une durée de dix mois d’AquaRé est programmée à partir du 2 septembre 2019 pour travaux de réparations, de nombreuses malfaçons ayant été mises à jour. A moins de deux mois de la fermeture, les salariés n’ont que peu d’information officielle, et s’inquiètent de l’annonce du maintien de seulement 70% de leur salaire*. Explications.

Ayant eu vent de l’inquiétude des huit salariés en CDI** (l’équipe étant complétée ponctuellement par quatre salariés en CDD), Ré à la Hune a interrogé les différentes parties prenantes.

70% de salaire pendant dix mois pour les huit CDI

Réunis lundi 27 mai 2019, sans convocation formalisée ni compterendu écrit, les salariés ont appris de la bouche du directeur régional sud-ouest de Vert Marine, Florent Bertel, qu’ils ne seraient payés que 70 % de leur salaire durant ces dix mois, celui-ci rejetant alors la responsabilité sur la CdC : « La Communauté de Communes ne souhaite pas compléter et faire d’efforts pour vous », mais les autorisant à travailler à plein temps ailleurs « on vous fait une fleur, on vous permet de travailler chez un concurrent », leur aurait-il annoncé.

A la question de savoir si Vert Marine ne pouvait pas compléter ne serait-ce que de 10 ou 15 % du salaire – les salariés ont la volonté depuis le départ de négocier à l’amiable avec leur direction et non de mener des actions à son encontre – il leur aurait été répondu que « Vert Marine n’a pas les moyens, déjà trop de frais et les coûts salariaux n’ont pas été anticipés dans l’expertise ».

La CdC très agacée rétablit les faits

Certes une telle fermeture n’est pas simple à gérer, mais de là à expliquer aux salariés : « Vous n’êtes pas salariés de Vert Marine, la preuve si demain Vert Marine n’a plus la Délégation de Service Public (DSP) vous resterez salarié attaché à la piscine », est quelque peu hasardeux.

La Communauté de Communes, très agacée par cette posture, entend rétablir les faits : « Nous avons associé Vert Marine depuis le début des expertises, y compris pour les expertises intermédiaires, avent les expertises judiciaires, nous leur avons proposé de s’adjoindre à la procédure judiciaire, ce que Vert Marine n’a pas souhaité faire. Le rapport d’expertise de juillet 2018, élaboré par un expert indépendant, intègre bien les pertes d’exploitation estimées par Vert Marine à 258 000 €. L’expert s’est appuyé sur le dossier de Vert Marine et sur ses justificatifs. Cela leur appartenait d’intégrer dans leur estimation la compensation des salaires de 70 à 100 %, de prévoir un plan de formation et/ ou des réaffectations de leurs salariés, le temps de la fermeture. Vert Marine a un site sur Oléron, la gestion sociale leur appartient. Vert Marine n’a jamais contesté le rapport d’expertise, ni le jugement en 1ère instance du tribunal ».

258 000 € de dédommagement, pour des frais réels moindres durant la fermeture

Vert Marine touche déjà 258 000 € de dédommagement pour les dix mois de la fermeture alors qu’elle n’aura que très peu de frais sur le site durant les travaux (la CdC paie même tous les fluides, eau et électricité pendant toute la durée des travaux), ce qui est proche de la subvention que l’Entreprise délégataire touche de la CdC en période normale d’exploitation et sur 12 mois (310 000 €), avec tous les frais d’exploitation à assumer. Par ailleurs, elle a bénéficié d’une enveloppe supplémentaire de 30 000 € de la part de la CdC pour acheter des lits hydromassants, achat qui a été repoussé (avec l’accord de la CdC) compte tenu des travaux. La CdC estime que Vert Marine pourrait ainsi largement prendre en charge les 60 000 € de compensation que représentent 30 % des salaires des huit salariés. « Malgré tout cela, nous avons reçu à sa demande le directeur régional, Monsieur Florent Bertel, venu nous expliquer que les compensations de salaires n’ont pas été intégrées dans l’estimation initiale. Nous lui avons rappelé les interventions légales du juge et de l’expert. Et avons ouvert la porte en lui demandant de nous chiffrer et justifier par écrit les charges initialement non estimées. Faute de réponse, nous l’avons relancé par téléphone puis nous lui avons envoyé deux courriers de relances afin de recevoir ces éléments, sans succès » précise la Communauté de Communes.

Par ailleurs, la CdC précise qu’elle finance et gère elle-même le déménagement des équipements (via une société de déménagement) dont l’inventaire a été fait par Vert Marine, certains appartenant à la Collectivité, d’autres à Vert Marine. Dès début septembre la piscine sera fermée, pour un mois de préparation puis neuf mois de travaux, avec une réouverture programmée pour l’été 2020. Vert Marine est délégataire d’AquaRé jusqu’au 31 août 2022, date à laquelle un nouveau marché public sera lancé.

La direction de Vert Marine « regrette cet état de fait »…

Souhaitant donner la parole à toutes les parties, Ré à la Hune a cherché à joindre par téléphone la direction de Vert Marine. Le directeur régional nous a répondu par mail : « Après de longues procédures d’expertise, la piscine AquaRé va fermer dix mois pour travaux de réfection de septembre 2019 à juin 2020.

Vert Marine a tout mis en oeuvre pour permettre aux salariés de conserver leur salaire en intégralité pendant cette fermeture, mais l’expert en charge du dossier s’en est tenu au cadre de la loi qui prévoit un salaire à hauteur de 70%. Nous regrettons cet état de fait qui va impacter les salariés.

La validité des cartes et formules d’abonnement sera reportée de dix mois pour permettre aux clients de bénéficier de leurs avantages ».

Cette version est quelque peu contradictoire avec celles des salariés et de la Communauté de Communes.

Une solution sera-t-elle trouvée in extremis ?

Toutefois, alerté par l’évocation par les salariés de possibles mouvements de grève durant l’été, Florent Bertel est venu immédiatement rencontrer le Chef de bassin, et aurait joué avec lui la carte de la transparence, apportant davantage d’informations également aux salariés. Il a aussi récemment recontacté la Communauté de Communes et lui a envoyé un mail précisant et justifiant sa demande, mail qui serait – à l’heure où nous bouclons – incomplet.

La directrice générale de la CdC nous a déclaré être tout à fait disposée à rencontrer les salariés inquiets de Vert Marine, sous réserve de l’accord de leur direction, afin de leur expliquer clairement les faits.

Il faut espérer que les salariés ne fassent pas les frais d’une situation totalement indépendante de leur volonté, certains ayant des emprunts immobiliers en cours et des projets de vie qui risquent fort d’être remis en cause, si une solution n’est pas trouvée par leur direction, sans doute en lien ou avec l’arbitrage de la CdC, cela à quelques semaines de la fermeture.

*Payé par l’Etat.

**8 CDI : 4 salariés affectés au Bassin, 2 à l’accueil, 1 au technique, 1 directrice de site. Le Chef de bassin est salarié de Vert Marine depuis septembre 2009, les maîtresnageurs ont 3 à 4 ans d’ancienneté, les agents d’accueil 5 ans d’ancienneté… Parmi les salariés CDI seule la directrice d’AquaRé habite sur l’île de Ré.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires