Territoire

AG de l'AVSCB

Chemin de la Côte Sauvage. l'AVSCB (St Clément des baleines) agit pour le vivre ensemble

Villageois solidaires, dans un contexte d’inquiétude

Le chemin fortement dégradé à la Côte Sauvage
Publié le 19/04/2017
Noter cet article

L’association pour la valorisation de Saint-Clément, créée à l’origine pour défendre le projet du Moulin Rouge, étend son champ d’action à une réflexion sur le bien-vivre ensemble.

Elle propose ainsi de faire du covoiturage pour accompagner les jeunes aux diverses activités sportives.

Toutefois, les préoccupations des villageois se tournent principalement vers la protection du territoire et les risques littoraux.

Dans une ligne continue aux actions déjà engagées, l’AVSCB reprend sa lutte pour la protection des dunes. Au lieu-dit la Solitude, où la dune a considérablement reculé, une étude sur les mouvements des sédiments est en cours, en collaboration avec le président du parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, Mr Clisson. Ce type d’étude étant fort long et coûteux, les membres du bureau redoutent des délais à rallonge.

Les adhérents de l’AVSCB ont constaté que, l’opération Un sapin pour ma dune, conduite avec les enfants des écoles des Portes et de St Clément et l’association Récréation, fortement relayée par la presse, constitue une très bonne prise de conscience collective sur la fragilité dunaire ; ils la reconduiront en 2017. Par ailleurs, une plantation d’oyats sur les dunes au pas de Zanuc est au programme de l’automne 2017.

Mais la consternation a pesé sur la salle lorsque le maire, Gilles Duval, questionné par un adhérent, a expliqué que rien n’est encore prévu pour refaire et sécuriser la levée de glaise et d’enrochement au pas de la digue (côte sauvage, en direction de la forêt) et qui se dégrade de jour en jour, laissant à peine 70 cm de passage encore intacts pour les nombreux promeneurs.

Où l’on reparle encore et toujours de PLUI et de PPRL

Les élus étaient invités à intervenir sur l’élaboration du Plan de zonage et du PLUI. Si l’élaboration du PLUI reprendra dès janvier 2018, le débat reste cornélien avec l’Etat dans le cadre du PPRL. Gilles Duval ne décolère pas au regard des 10 millions d’euros investis dans la digue des Doreaux qui ne sont pas pris en compte dans la défense du village. Il a exprimé son point de vue par un aphorisme qui en dit long : « Le préfet ne comprend pas cela mais on se fout de nous, on ne peut pas admettre une situation pareille, nous les Villageois ! » Quant au président de la CdC, Lionel Quillet, il ironise : « A un certain degré de lecture des cartes de l’Etat, on a plus d’eau avec digue que sans digue du tout ! » et il prévient : « Les bâtiments conformes seront de véritables horreurs, avec des tourelles érigées sur chaque habitation, une normalisation des étages, des transformateurs électriques portés à 4,5m de haut etc. » Le changement promet d’être radical et le paysage urbain réthais, que l’on avait tenté jusqu’à présent d’inclure au mieux dans le paysage naturel, ne plaira sans doute pas à tout le monde. C’est à prendre ou à laisser.

 

Contact AVSCB

Président : Jean-Luc Brillet

06 49 42 21 38 – 05 46 29 43 66

avscb.ile2re@gmail.com

 

Véronique Hugerot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires