Territoire

Charente-Maritime

La Rentrée avec Dominique Bussereau

Dominique Bussereau a donné sa conférence de presse sur la terrasse de son bureau du Conseil départemental.
Publié le 06/09/2017
Noter cet article

L’heure de la rentrée a sonné pour Dominique Bussereau. Lundi 28 août dernier à la Maison du Département, le président du Conseil départemental de la Charente-Maritime réunissait la presse locale pour un tour d’horizon des sujets essentiels pour cette rentrée 2017.

La compétence transport est transférée à la Région Nouvelle-Aquitaine

« Rentrée scolaire » rime toujours avec transports scolaires, premier thème important abordé par Dominique Bussereau en annonçant que la Région Nouvelle Aquitaine, dès le 1er septembre, assumera cette compétence à l’exception du transport des enfants handicapés qui reste à la charge du Département, soit un budget de 3,2 millions d’euros pour 625 enfants en Charente-Maritime.

Le président du conseil insiste sur le fait que le problème de la SEMAAAS* n’est toujours pas réglé : la Région ne veut pas reprendre la société et le Conseil Départemental n’a pas le droit de la garder. Pour l’heure elle travaille toujours en sous-traitance pour KEOLIS** qui reste le transporteur majoritaire.

Le service des cartes de transport scolaires du département a été installé au 20 rue de la Somme à La Rochelle souligne Dominique Bussereau qui insiste bien pour que le numéro de téléphone 05 46 31 73 75 soit communiqué : « Je me mets à la place des parents » assure-t-il.

Huit agents du personnel départemental pour le transport scolaire sont désormais salariés de la Région, les autres sont affectés à l’organisation et l’installation des aires de covoiturage. Celles-ci se multiplient un peu partout en Charente-Maritime sur des terrains mis à disposition par les communes ; On n’en compte pas moins de 70 dans notre département sur lesquelles seront installées par le SDEER, syndicat départemental d’électrification et d’équipement rural de la Charente-Maritime, 114 bornes électriques pour le rechargement des voitures concernées.

L’écotaxe du pont d’Oléron et celle de Ré

Dominique Bussereau regrette que la consultation de la population n’ait pas pu avoir lieu, sur décision du Tribunal Administratif. Les conclusions des études socio-économiques en cours seront communiquées à tous les élus du pays de Marennes-Oléron et du Département.

Dominique Bussereau est-il favorable à l’instauration d’une écotaxe sur le Pont d’Oléron ? « Je suis toujours favorable à l’écologie », répond-il explicitement. Une taxe qui sera décidée en décembre prochain lors de la session du Conseil départemental suivant les résultats des votes des élus concernés, et qui ne revêtirait pas les mêmes tarifs, modalités d’abonnements etc que ceux du dispositif rétais. Il ajoute : « Les problèmes de Ré et d’Oléron sont différents, mais imaginez l’île de Ré sans l’écotaxe ! Une évolution doit se faire, on fera disparaître les barrières, un dispositif de lecture des plaques d’immatriculation des véhicules prendrait le relai, sur Oléron et à terme sur l’île de Ré. »

Le prestataire du Très Haut Débit choisi en octobre 2017

Lors de le session d’automne, en octobre prochain, les élus départementaux choisiront le prestataire chargé de la mise en place du Très Haut Débit sur l’ensemble du département, d’ici à 2020.

Un syndicat mixte pour les aéroports La Rochelle-Île de Ré et Rochefort

Dominique Bussereau est plutôt ravi que la Région ait accepté d’entrer à hauteur de 25% dans la gestion du syndicat mixte de l’aéroport La Rochelle/Île de Ré. Suivront, le Département (il évoque 600 000 euros de participation), la Communauté d’Agglomération de La Rochelle, la Communauté d’agglomération de Rochefort et la Communauté des Communes de l’île de Ré. S’il souhaite que tout cela soit réglé d’ici janvier 2018, il évoque toujours l’éventualité qu’un jour l’aéroport de La Rochelle soit transféré à Rochefort, si l’attrait des vols low-cost se confirme d’avantage : « il est clair que La Rochelle ne pourra pas accueillir de gros porteurs ». Le président du Conseil départemental rappelle que le trafic actuel de l’aéroport La Rochelle/île de Ré est de 200 000 passagers, que le double serait nécessaire pour qu’il soit rentable.

Un appel aux familles d’accueil pour les jeunes migrants

Dans les dossiers du président, un sujet « plus inquiétant », souligne Dominique Bussereau en évoquant le problème de l’accueil des jeunes migrants en Charente-Maritime. Ils avaient été 17 à être recueillis en 2012 et pour cette année, ils sont 221, jusqu’à aujourd’hui. Président de l’ADF (Assemblée des Départements de France) il explique : « C’est un problème national, dans le Nord le chiffre est de 50 millions de migrants, ici en Charente-Maritime, la plupart des jeunes originaires de Guinée, du Mali, de Côte d’Ivoire sont amenés par des passeurs quasiment devant les portes du Conseil départemental où ils sont pris en charge avec l’Aide Sociale à l’Enfance. Le système des Familles d’accueil ne pourra pas pourvoir au nombre grandissant. » Dominique Bussereau lance un appel vers la population qui souhaiterait devenir « famille d’accueil bénévole » : pas de rémunération, mais un défraiement mensuel de 400 euros et de l’argent de poche donné aux jeunes hébergés qui, pour la plus part d’entre eux seront scolarisés ou iront en apprentissage.

La suppression des contrats aidés, un sujet communal

A propos de la suppression des contrats emplois aidés, Dominique Bussereau souligne que certaines collectivités territoriales ont pas mal abusé du système et que le nouveau gouvernement va y remettre de l’ordre, mais déclare qu’il ne veut pas entrer dans « la schizophrénie » qui entoure ce dossier car c’est surtout un sujet des communes. La Charente-Maritime compte 55 CAE (Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi) et 57 CUI (Contrat Unique d’Insertion).

Un travail commun avec le Département de la Charente

Dominique Bussereau avant de clore la réunion rappelle que le 25 septembre prochain, se réuniront à Saintes, les élus des départements de Charente et de Charente-Maritime pour « travailler ensemble » sur des sujets rassembleurs comme celui du tourisme, avec Stéphane Villain.

*Société d’Economie Mixte des Autocars et Autobus Aunis et Saintonge.

**KEOLIS réseau de transport de la Charente- Maritime.

Valérie Lambert

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires