Sports

Arts du cirque

Marie Journel et Manu Bigarnet : l’agilité créative de ces deux acrobates annonce des projets renversants dans les arts du cirque sur l'île de Ré !

Quand l’as de la voltige équestre rencontre la championne de l’équilibre

L’équilibre comme philosophie de vie
Publié le 07/03/2017
Quand l’as de la voltige équestre rencontre la championne de l’équilibre 4.50/5 (90.00%) 2 votes

Marie Journel et Manu Bigarnet : l’agilité créative de ces deux acrobates annonce des projets renversants !

Lui s’est établi à Loix il y a cinq ans où il a fondé « Ardevac » (Association pour la Recherche le Développement et l’Enseignement de la Voltige et l’Acrobatie à Cheval). Issu de la première promotion du CNAC (Centre National des Arts du Cirque) en 1985, il y découvre sa discipline de prédilection : la voltige équestre. Repéré par Bartabas, il sera durant plus de vingt ans l’un des plus talentueux cavalier de sa troupe, parcourant toutes les capitales du monde. Son expérience unique l’a conduit à développer une pédagogie de dressage qui lui est propre et qui lui vaut aujourd’hui d’être « Maître Référent » du pôle Equestre au Centre National des Arts du Cirque.

Sollicité de toutes parts pour dispenser des formations aussi bien en dressage qu’en acrobatie ou encore pour scénariser des spectacles qui intègrent des chevaux ; Manu met également son savoir-faire au service des habitants et vacanciers de l’île. Ses « amusettes équestres » en clôture du festival Ré Majeure ont chaque année beaucoup de succès, tout comme les stages qu’il propose au Haras du passage dès que la météo le permet.

Les enfants de l’île connaissent tous Marie « La Bohème » qui, n’en déplaise à son surnom (il lui vient du rôle qu’elle a tenu jusqu’en 2002 dans « Fort Boyard »), aimerait bien se fixer un peu plus dans la vie associative locale après huit ans de présence assidue. Sous le chapiteau d’Ophidie Circus à La Flotte, même les plus petits accomplissent des prouesses épatantes en très peu de temps. Jonglerie, trapèze, monocycle, tissus, Marie intervient aussi en milieu scolaire dans le cadre des TAPE.

Au fond, ne travaillent-ils pas sur la même recherche : l’équilibre ? Ce point d’éveil corporel qui conjugue maîtrise et abandon, que tous deux définissent comme : « une posture exigeante (tout en sachant que la perfection n’est jamais atteinte), où le mental joue un grand rôle et qui nécessite beaucoup d’entrainement ».

Si tout les prédestinait à se croiser à de multiples reprises sur l’île, c’est à Auch à l’occasion du Festival du cirque actuel qu’ils se sont rencontrés en octobre dernier… Et depuis, les idées fusent !

Transmettre leur passion à l’année, même les mois d’hiver

La saison approche et leurs emplois du temps respectifs sont calés. Comme chaque année, les stages de l’un et l’autre reprennent avec les premières vacances de printemps le 3 avril. En parallèle Marie participe toujours activement aux animations d’été et organise aussi régulièrement des manifestations notamment en collaboration avec le facétieux Donin.

Après « Les Voyages de Don Quichotte » une proposition artistique avec déambulation équestre, souhaitée par Marc Minkowski dans le cadre de l’ouverture de son mandat à la tête de l’opéra de Bordeaux ; d’autres spectacles vont s’enchainer pour Manu qui en cela, répond aussi à Chica, sa prolifique compagne (ensemble ils ont créé la compagnie de spectacles « Of K’Horse »). Le couple présentera en juillet une pièce inédite au titre évocateur « enfin seuls » (avec un cheval quand même !).

Pour autant quelques surprises pourraient se glisser dans le programme commun de Marie et Manu, comme les attelages de Noël dans les rues de Loix en totale improvisation.

Leur intervention prochaine auprès des pensionnaires du Centre Départemental d’Accueil et des détenus de la prison devrait donner naissance à un spectacle qui pourrait s’appeler « Totem Circus ».

Ils ne demandent rien, mais s’ils laissent voguer leur imagination : « une structure en dur, sécurisée pour faire valoir nos activités avec les jeunes de l’île même hors saison, ce serait top ! » confient-ils en choeur. Si l’idée d’un cirque d’hiver sur l’île peut paraître de prime abord extravagante elle n’est pas illégitime si l’on en juge par l’implication artistique de chacun sur le territoire.

 

Marie Journel : www.ophidie.com

Manu Bigarnet : www.ardevac.net

 

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • coko
    Publié le 9 mars 2017

    Top article MVV !!! Même moi, j’apprends plein de choses !!

    Répondre