Environnement

Environnement - La Couarde

L’APSC, « interface » d’opinion et d’information

Le Kiosque, l’un des symboles de La Couarde, a été entièrement rénové.
Publié le 06/09/2017
Noter cet article

L’assemblée générale annuelle de l’Association de protection des sites de la Couarde (APSC) s’est tenue le 17 août dernier, en présence de plus de 80 adhérents sur les 190 que regroupe l’association, ainsi que du Maire de La Couarde, Patrick Rayton.

Le dossier du PPRN (Plan de prévention des risques naturels) est suivi de près par l’association, qui émet un avis favorable avec quelques réserves (lire ci-dessous). Un dossier va être ouvert sur le site (www.lacouardesurmer-apsc.fr).

Les avis de l’APSC sur la rénovation du kiosque et du square

L’APSC se félicite de la rénovation du kiosque et trouve cet ensemble très harmonieux, toutefois l’escalier en aluminium la surprend « car il heurte malencontreusement, l’esprit de l’édifice ».

Dans son objectif, le projet de rénovation du Square semble une bonne initiative de la municipalité dans le cadre de la « sanctuarisation » souhaitée du monument aux morts. Toutefois bon nombre de voeux des usagers sont parvenus à l’association, soulignant qu’il s’agit d’une aire d’activité familiale, qui doit donc être largement dimensionnée pour les enfants et mieux pourvue en équipement de jeux. Il en va de même pour les aires de jeux de boules.

Un avis favorable sur la rénovation de la Maline, mais…

Le permis de construire déposé le 8 mars 2017 a fait l’objet, d’un recours gracieux par des particuliers de la copropriété concernant deux points litigieux : sur le plan juridique, non-respect du POS ; sur le plan esthétique, non-respect du règlement du concours. Une réponse dans les deux mois doit être apportée sinon le recours gracieux deviendra un recours contentieux.

L’APSC a transmis au président de l’ARDC, Paul Neveur, une note indiquant que si l’association émet un avis favorable à la rénovation de La Maline, elle n’en trouve pas moins le projet en complète désharmonie avec son environnement sur le plan architectural. L’APSC a communiqué un croquis proposant un aménagement de l’esthétique de façade.

CP

 

L’ASPC favorable au PPRN, avec quelques « retouches »

Sur les cartes : celles de l’Etat s’imposent. La protection contre les risques à long terme se prépare à l’avance et nous espérons que la cote Xynthia + 60 sera suffisante.

Sur le règlement : nous pensons qu’il est possible de rechercher une meilleure adaptation de ce règlement permettant aux Couardais de définir lors de la réalisation prochaine de leur PLUi, ce que sera le futur paysage urbain de leur commune. L’APSC propose de retoucher le règlement du PPRN en se basant sur trois orientations : A territoire d’exception, quelques normes d’exception. Exemple, en zone (Os et Bs1) pour le changement d’affectation d’un bâtiment agricole en logement ; Application progressive de certaines normes. Exemple, pour les locaux d’exploitation nécessaires aux activités primaires, agriculture, viticulture, saliculture, ostréiculture, il faudrait maintenir les normes du PPRN de 2002 et reporter à plus tard les normes 2017, tout en conservant l’obligation d’avoir dans ces locaux un plancher surélevé pour stocker des produits de traitement ; Mise en place d’un contrôle sur l’application des normes. Les contrôles sur la conformité des travaux qui se limitent actuellement à l’implantation au sol et à l’aspect extérieur, pourraient porter par exemple, sur l’installation électrique ou l’utilisation de matériaux peu sensibles à l’eau.

L’APSC répond positivement à l’enquête publique sur le PPRN et dans le même temps demande à l’Etat qu’il soit possible de faire des retouches sur le règlement, pour améliorer le réalisme de quelques normes, pour faciliter une mise en application plus progressive dans certains cas, et pour clarifier ce qui serait sujet à interprétation.

Le conseil d’administration

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires