Culture

Expositions et rencontres

« Nous sommes les gens de qui nous parlons »

Publié le 06/09/2017
« Nous sommes les gens de qui nous parlons » 4.50/5 (90.00%) 2 votes

C’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’oeuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018. Julien Misserey, responsable de l’association ChiFouMi sur l’île de Ré, présente ces évènements.

Un lien fort entre Emmanuel Guibert et l’île de Ré

Cet ensemble de propositions est né d’un constat : il y a un lien fort entre l’auteur et le territoire rétais que les lecteurs de la saga d’Alan (publiée à L’Association) connaissent déjà un peu. Alors que le travail d’Emmanuel ne cesse de trouver un public de plus en plus large, alors qu’il a été primé du Prix René Goscinny lors du dernier festival international de la bande dessinée d’Angoulême en janvier dernier, L’association ChiFouMi s’est dit qu’il était peut-être temps de célébrer cet auteur ici-même, par ailleurs camarade de jeu de longue date des activités chifoumistes.

Plusieurs structures rétaises associées à ChiFouMi

Pendant plus d’une année et dès septembre, l’association ChiFouMi s’associera donc à diverses structures rétaises afin de célébrer le travail d’un auteur de bande dessinée parmi les plus talentueux qui soient. L’oeuvre très prolifique d’Emmanuel Guibert sera donc montrée et partagée à de nombreuses occasions avec la population rétaise, principalement à travers des expositions autour desquelles graviteront plusieurs rendez-vous notables : des rencontres publiques, des ateliers pédagogiques, des concerts et des projections, des visites et des parcours, et bien d’autres rendez-vous…

La bibliographie de l’auteur laissant un large choix d’exploration, les organisateurs se préoccupent évidemment des livres autour d’Alan Cope mais aussi d’autres titres bien connus des amateurs de Guibert : « Le Photographe » (avec Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier, aux éditions Dupuis) ; « Rupestres ! » (avec Etienne Davodeau, Marc-Antoine Mathieu, David Prudhomme, Pascal Rabaté et Troubs, aux éditions Futuropolis) ; « Ariol » (avec Marc Boutavant, aux éditions Bayard) ; et quelques autres surprises à venir…

La première de ces propositions débute dès septembre au Musée Ernest Cognacq de Saint-Martinde- Ré, grâce à toute l’équipe de l’association ChiFouMi.

expo-copeAlan Cope, un américain sur l’Île de Ré

Du 14 septembre au 6 novembre 2017 puis du 7 mars au 13 mai 2018, au Musée Ernest Cognacq de Saint- Martin, une vaste exposition autour de la saga d’Alan (les livres « La Guerre d’Alan », « L’Enfance d’Alan » et « Martha & Alan », ouvrages à la croisée des chemins : témoignages historiques tout autant que récits humanistes, publiés à L’Association) proposant de nombreuses planches originales et même quelques travaux inédits, ainsi qu’une vaste sélection issue des nombreux carnets de dessins rétais de l’auteur qui aux côtés de son ami Alan a parcouru l’île en long et en large jusqu’à la mort de celui-ci, en 1999. L’occasion de découvrir également quelques reliques ayant appartenu à au vieil américain, ainsi que quelques précieux documents sonores en borne d’écoute : lorsque ce dernier et Emmanuel chantent de concert, ou encore le très beau Portrait d’Alan Ingram Cope proposé par Christian Rosset pour la série radiophonique L’Atelier de la création sur France Culture).

Le tout ponctué de plusieurs rendez- vous avec Emmanuel tout au long de l’année (projections, rencontres, concert…). Le tout premier rendez-vous : le jeudi 14 septembre 2017, ChiFouMi vous invite à découvrir l’exposition mais aussi à assister à la projection du documentaire « La mémoire d’Alan » réalisé par Céline Dréan (27’, 2007), avant de participer à une rencontre avec Emmanuel Guibert à l’issue de cette séance. (réservation conseillée : 05 46 09 21 22).

(« Alan Cope, un américain sur l’Île de Ré » est une proposition de l’association ChiFouMi et du Musée Ernest Cognacq, avec le soutien de la ville de Saint-Martin-de-Ré et le concours de L’Association, d’Efigie, des Belles Lettres Diffusion Distribution, de du9. org et de France Culture.)

Rupestres ! Une autre forme de bande dessinée

Une seconde exposition est prévue du 2 octobre au 26 novembre 2017. Hall de l’Hôtel de Ville & bibliothèque municipale, La Couarde-sur-Mer.

Récit d’exploration de l’origine de l’élan artistique vu par une poignée d’amis auteurs de bande dessinée, « Rupestres ! » est également un fameux récit collectif écrit et dessiné à plusieurs mains qui interroge l’esprit (qu’est-ce un artiste aujourd’hui ?) autant que l’oeil, à travers les audacieuses expérimentations graphiques de six aventureux auteurs de bande dessinée. Quatre d’entre eux (et pas des moindres) feront le déplacement aux côtés d’Emmanuel Guibert le temps de plusieurs rencontres pédagogiques et publiques : Etienne Davodeau, David Prudhomme, et Troubs, présents à La Couarde les mardi 7 et mercredi 8 novembre 2018 pour deux soirées publiques. « Rupestres ! Une autre forme de bande dessinée » est une proposition de l’association ChiFouMi, de la Ville et de la bibliothèque de La Couarde-sur-Mer, avec le soutien de la Communauté de Communes de l’Île de Ré et le concours des éditions Futuropolis, d’Efigie et de du9.org.

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) et plusieurs surprises seront annoncées dans nos colonnes.

CP

 

Exposition temporaire

du 14 septembre au 6 novembre 2017 et du 7 mars au 6 mai 2018

Alan Cope, un américain sur l’Île de Ré

Musée Ernest Cognac – Saint-Martin de Ré

 

L’association ChiFouMi

L’association ChiFouMi oeuvre à la reconnaissance et à la promotion des nouvelles formes de bande dessinée, que ce soit dans son champ éditorial ou dans ses formes d’écriture les plus progressistes.

Pourquoi ?

Après une très longue période à devoir justifier que non, la bande dessinée n’était pas qu’un vecteur d’infantilisation, les lecteurs curieux savent désormais que le vaste périmètre qu’occupe ce médium est éminemment riche de propositions, et que chacun peut trouver de multiples raisons de s’y intéresser. Cependant, la reconnaissance de l’auteur de bande dessinée, de son éditeur, de son lecteur même, demeure un sujet sensible : souvent considérée comme une étape ou une substitution du pauvre (“il ne lit pas, ou alors des bd”…), il lui faut batailler pour prouver que la bande dessinée a sa légitimité, tout autant que n’importe quelle autre écriture artistique. Pourquoi ? Il suffit d’aller voir ce qui se trame notamment du côté des rayons “indépendants” (entre autres) pour constater l’ampleur, la variété, la créativité proposée. C’est cette constatation, précisément, qui a stimulé la création de l’association ChiFouMi.

Qui ? Comment ?

Aujourd’hui, l’association ChiFouMi repose sur une équipe restreinte de membres « très actifs » répartie sur deux pôles géographiques : l’est de la France (le siège de l’association se situe dans le Doubs) et l’ouest (avec une antenne en Charente-Maritime). Elle compte près d’une centaine de membres et de bénévoles, propose des formations professionnelles et des ateliers pédagogiques, produit des expositions, organise des rencontres et des conférences, et pilote divers projets à même de servir son objet, comme par exemple Pierre Feuille Ciseaux.

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires