Environnement

Marais salants - Nord de l'Ile de Ré

La restauration et l’entretien des marais, un enjeu environnemental, économique et de sécurité

Lionel Quillet sur le lieu du chantier « La Fabrique »
Publié le 23/01/2018
Noter cet article

Le chantier au lieu-dit « La Fabrique », clôturera le premier Contrat Territorial volet Milieux Aquatiques (CTvMA).

Le chantier à « La Fabrique », au coeur des marais d’Ars en Ré, doit se dérouler sur plus d’un mois. L’Association des Etangs et des Marais d’Ars en Ré (AEMA) vient d’entreprendre la réfection et la protection de 337 mètres linéaires de berges. L’objet des travaux est d’éviter des ruptures de berges, afin de prévenir d’éventuelles inondations des marais en activités et des habitations. 400 pieux seront installés sur les points d’érosion, ainsi que 150 m2 de planches.

Depuis la mise en place du CTvMA, le président de la Communauté de communes s’est félicité des résultats de l’effort réalisé, et a souligné l’importance du retour de l’eau dans les marais, un élément fondamental pour favoriser l’installation de nouveaux sauniers, et permettre à ceux qui exploitent déjà d’avoir la possibilité de s’agrandir. Il a dressé un bilan tout à fait positif du premier Contrat Territorial qui s’est chiffré à près de trois millions d’euros*. Lionel Quillet a mis l’accent sur les conséquences d’une telle initiative sur le plan environnemental, économique, et en matière de sécurité au niveau de la gestion de l’eau.

Vers un second contrat

En 2007, une étude du Contrat de Restauration et d’Entretien des Zones Humides a été lancée. Dès 2010, ce dit contrat a été nommé Contrat Territorial volet Milieux Aquatiques. Le 25 juillet 2011, un arrêté préfectoral a déclaré d’intérêt général le programme des travaux prévus dans le cadre du projet mis en place. Le contrat a été signé en 2012 pour une durée de cinq ans. Lionel Quillet a bien précisé qu’un second contrat (d’un coût légèrement inférieur au précédent), devrait être lancé dès 2018, pour être accrédité l’année suivante. Les prochaines étapes sont, d’ores et déjà, fixées. Elles commenceront, tout d’abord, par l’établissement d’un bilan du CTvMA 1, pour pouvoir procéder à l’élaboration d’un CTvMA 2 durant la période qui s’étendra de mars à septembre 2018. Le départ des futurs travaux est prévu pour le mois de septembre 2019.

Jacques Buisson

 

* La CdC a dépensé un peu plus de deux millions d’euros, financés en grande partie par le budget écotaxe. Deux partenaires, l’Agence de l’eau Loire Bretagne et le Conservatoire du littoral ont contribué à près de 30% du coût total du contrat.

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires