Nature

Reportage animalier

La Rainette, bijou des jardins

Le chant du mâle (© Mathieu Latour)
Publié le 19/09/2018
La Rainette, bijou des jardins 5.00/5 (100.00%) 2 votes

“Couac….Couac…. », tel est le bruit qui résonne au crépuscule dans nos jardins. Ce bruit n’est ni celui d’un oiseau ou d’un crapaud. C’est un animal bien plus petit, plus mignon et tout vert : la Rainette. Véritable petit bijou de l’île, la rainette est un amphibien très commun en France et dans l’île de Ré. Il existe deux espèces en France : la rainette méridionale et la rainette verte. La verte est celle présente sur l’île et peut mesurer jusqu’à 5 cm. On la reconnaît par sa bande brune sombre qui part de l’oeil et jusqu’au flanc tandis que sa couleur est principalement verte mais peut être parfois grise ou foncée.

Rainette couleurs complémentaires (@ Mathieu Latour)

Rainette couleurs complémentaires (@ Mathieu Latour)

Son chant est un « crac, crac, crac » strident et rapide. Les mâles chantent durant la période de reproduction du printemps au début de l’été (mars à juin) et à ce moment ils gonflent un sac vocal orangé sous leur gorge pour amplifier leurs cris. Les chants sont très bruyants et peuvent parfois s’entendre à 1 Km. La femelle pond des grappes de plusieurs centaines d’oeufs (parfois jusqu’à 1000) flottant dans des mares temporaires et parfois même suspendues sur des branches où elles finissent par tomber dans l’eau naturellement. L’éclosion des oeufs et les têtards mettent 90 jours pour se métamorphoser. Il n’est pas rare de croiser en été des rassemblements de plusieurs centaines de petits dans les buissons de ronces près des mares. Leur présence durant ce stade de vie est spectaculaire.

La rainette chasse sur les mûres qui attirent divers insectes (@ Mathieu Latour)

La rainette chasse sur les mûres qui attirent divers insectes (@ Mathieu Latour)

Les proies de la rainette sont les insectes qu’elle traque au crépuscule et à la nuit tombée avec sa langue collante. Elle aime chasser dans les ronces car les mûres en fermentation attirent les mouches et autres proies.

Cet amphibien n’a d’ailleurs rien à voir avec les grenouilles puisqu’il passe tout son temps dans les arbres et non dans l’eau. La rainette est en effet équipée de ventouses sur les mains pour bien se fixer aux végétaux et s’y déplace tel un primate dans la canopée : soit en sautant ou en attrapant une branche fermement de ses doigts.

Jeunes rainettes se dorant et sautant

Jeunes rainettes se dorant et sautant (@ Mathieu Latour)

Si la rainette est nocturne, elle passe toute la journée blottie sur une feuille pour se dorer au soleil et emmagasiner beaucoup d’énergie. En période caniculaire elle s’enfonce sous terre tandis qu’en hiver elle s’enfonce dans les branchages ou sous les grosses pierres pour hiberner.

La rainette est présente partout surtout quand il y a de l’eau douce à proximité. Elle peut se trouver même dans les jardins alors ouvrez bien l’oeil et peut-être aurez-vous la chance de croiser un des petits hôtes sauvages des villages rétais.

 

Mathieu Latour

Photographe animalier

mathieu.latour98@gmail.com

 

Cachée dans les roseaux

Cachée dans les roseaux (@ Mathieu Latour)

 

Rare rainette forme grise (@ Mathieu Latour)

Rare rainette forme grise (@ Mathieu Latour)

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • Claudie j
    Publié le 20 septembre 2018

    Très joli reportage sur cette adorable rainette et des photos très mignonnes !
    Merci

    Répondre
    • Ré à la Hune
      Publié le 20 septembre 2018

      Merci Claudie pour votre commentaire