Culture

Spectacle

Première soirée musicales Connivences en Ré à St Martin

Pari tenu pour « Connivences en Ré »

Le ténor Victor Dahhani et la soprano Souad Natech forment un couple très assorti
Publié le 19/04/2017
Noter cet article

La soirée inaugurale de la jeune association « Vivre l’art à Saint-Martin » a remporté un franc succès.

Jean-Claude Vignaud avait donné le ton en baptisant ce premier concert « connivences », laissant planer le mystère de quelques complicités secrètes… Si le travail fourni pour organiser en si peu de temps un événement d’une telle envergure était palpable, des amitiés discrètes ont forcément dû être convoquées pour réunir des artistes aussi exceptionnels, pour certains mondialement connus, sur la scène de la salle Vauban en ce vendredi 8 avril.

C’est donc un spectacle unique d’un peu plus de deux heures que nous a proposé la ville de Saint-Martin. Unique par sa qualité mais aussi par son concept original guidé par l’éclectisme de son enthousiaste organisateur, qui ne craint pas de mélanger les genres pour combler de plaisir le public rétais.

Déguisée en plateau de télévision, la salle des fêtes avait fière allure, notamment grâce à l’équipe de Ré Télé qui, en plus de filmer l’événement a supervisé à la technique l’éclairage et la sonorisation.

Le maire, Patrice Déchelette, a d’ailleurs tenu à saluer en préambule, l’arrivée de cette nouvelle association riche d’idées innovantes qui vient compléter avantageusement l’offre culturelle de la commune à l’année, laissant le soin à Jean-Claude Vignaud d’ouvrir cette soirée pleine de surprises, dont la meilleure était la proximité avec les artistes qui ajoutait à la qualité au menu de cet épicurien.

Un programme généreux longuement ovationné par le public

Des grands noms pour servir un répertoire varié ont assuré l’alchimie de ce moment d’émotion qui a offert aux spectateurs l’opportunité rare d’entrer en contact avec des virtuoses. Ce sont les pianistes Elizabeth Herbin (par ailleurs directrice artistique de l’association) et Honoré Béjin qui les premiers, ont caressé le superbe Steinway avec une interprétation à quatre mains enlevée du Largo du concerto en Fa mineur de Bach.

Rejoints par le talentueux Anton Touati à ce poste de choix, ils se sont alternés pour accompagner les grandes voix présentes et nous ont offert un sublime six mains avec la Romance de Rachmaninoff.

Il chante sur les scènes d’opéras du monde entier sous la baguette des plus grands chefs, la puissance du baryton Jacques-Greg Belobo a impressionné dans son interprétation des Noces de Figaro et sa reprise de « La quête » de Brel beaucoup émue. Tout comme la cantatrice Lucienne Deval incarnant à merveille Madame Butterfly ou la soprano Souad Natech en duo passionné sur le chemin des Pêcheurs de perles de Bizet avec le ténor marocain Victor Dahhani.

Saupoudré d’instants jazz et Tango (Django Reinhardt, Piazzola) grâce au très fort Trio Casties et l’orchestre Michel Cousin, la soirée fut aussi l’occasion de découvrir la chanteuse Awa Meité qui de sa voix suave a envouté l’auditoire en proposant dans un tout autre registre le Mistral gagnant de Renaud, et « elle chante » de Lavilliers.

En clôture et dernière surprise de cette aventure musicale, tous ont chanté la Traviata, en choeur avec le public rencontré lors de l’entracte, créant une proximité qui signe l’engagement de ce nouveau collectif d’amateurs d’art.

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires

Vos réactions

  • lolo
    Publié le 20 avril 2017

    Superbe. Que d’émotions, Que de bonheur Un souhait de beaucoup d’autres et de beaucoup d’autres réussites à mon ami Jean Claude

    Répondre