Patrimoine

Histoire - Portrait

Nicolas Martiau : un notable à l’illustre descendance

Médaillon représentant Nicolas Martiau, situé dans les jardins du musée à Saint-Martin de Ré (© Collection Musée Ernest Cognacq)
Publié le 08/11/2017
Noter cet article

Nicolas Martiau, fondateur de Yorktown, s’il est bien connu de nos jours, le doit à ses célèbres descendants : George Washington et la reine Élisabeth II ! Prodigieuse destinée que celle de cet homme qui s’exila d’abord en Angleterre puis aux États-Unis.

Né en 1591, dans l’île de Ré à coup sûr, mais avec moins de certitude quant à la commune qui pourrait être aussi bien Saint-Martin que La Flotte où se trouvaient les communautés protestantes, Nicolas Martiau est issu d’une famille d’armateurs aisés et calvinistes. Les persécutions pratiquées à l’époque contre l’église réformée pourraient expliquer son départ vers l’Angleterre en 1621. Sa famille, comme tous les négociants de l’île, est en relation avec les commerçants et marins anglais fréquentant les ports rétais et l’anglais lui est une langue familière.

À Londres, il entre au service du Comte Huntington-Hastings et prend la citoyenneté britannique en 1619. Le personnage doit être compétent et avoir l’esprit aventureux car en 1620, le comte lui confie la gestion de ses plantations dans la toute jeune colonie anglaise de Virginie. Nicolas embarque pour les Amériques sur le Francis Bona Ventura et atteint Jamestown en août 1620. Il est immédiatement concerné par la sécurité de la future capitale où il fait construire des palissades de protection contre les incursions des Indiens qui lui vaudront le titre de « capitaine ingénieur en palissades » et la responsabilité de protéger les autres colonies de Yorktown, Fort Story, Old Point Comfort et Fort Monroe.

Sa vie familiale s’organise, il épouse Jane Berkeley en 1623, une jeune veuve anglaise avec qui il aura quatre enfants. Sa vie sociale s’organise aussi : il s’installe comme vigneron et planteur de tabac et dans les années 30 fait venir de nombreux huguenots de France. Il contribue à la formation de Yorktown dont il dresse les fortifications si bien qu’on lui attribuera le nom de « Father of Yorktown ». Enfin, il sera membre de la Chambre des Électeurs et juge de paix du comté de York en 1633.

En 1635, il s’oppose au gouverneur John Harvey qui avait permis l’installation de colons catholiques. C’est la première révolte contre les autorités anglaises. Harvey le fait arrêter dans le but de le pendre, mais destitué le gouverneur doit rentrer à Londres. C’est le colonel Reade, secrétaire de la colonie et futur gendre de Martiau, qui devient gouverneur à sa place !

De son union avec Jane Berkeley est née Élizabeth qui épousera en 1641 George Reade. L’une de leur fille Mildred, donnera naissance à Mildred Warner qui épousera Lawrence Washington et donnera naissance à George Washington, premier président des Etats-Unis d’Amérique. Mary Warner, sa soeur, quant à elle est l’ancêtre d’Élizabeth Bowes-Lyon, épouse du roi d’Angleterre George VI et mère de l’actuelle reine Élizabeth II.

Nicolas Martiau meurt en 1657 sur ses plantations de Virginie. Fait remarquable pour l’époque, il affranchit deux esclaves qu’il dote de terrains et de numéraire.

Catherine Bréjat

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires