Enfants et jeunes

Zap' Arts

« Musique pas bête » : l’idée maline du festival Ré Majeure

Ici à la médiathèque de Sainte-Marie le 26 octobre en ouverture du festival.
Publié le 08/11/2017
Noter cet article

Le nouveau rendez-vous proposé pour cette 7ème édition a enchanté le jeune public.

Les mélomanes attendent chaque année avec impatience ce temps fort qui voit les plus grands musiciens sillonner les villages de l’île durant trois jours pour en sublimer la beauté ainsi que le voulait son instigateur, le chef d’orchestre Marc Minkowski.

Âge de raison : émancipation !

Déjà, le festival nous a surpris en s’imposant à l’automne plutôt qu’aux premiers rayons de soleil du mois de mai. Un parti pris audacieux à la faveur du dynamisme culturel de la région à l’année et un pari qui semble t-il a recueilli l’assentiment général.

Et puisque rien ne semblait effrayer le directeur de l’Opéra de Bordeaux pour ce millésime porte bonheur, c’est à la jeunesse et son exaltation musicale qu’était particulièrement consacrée la programmation de ce cru 2017. Au menu de cette réjouissante édition qui s’est achevée le 29 octobre : une belle représentation de la nouvelle génération de musiciens et surtout un rendez-vous inédit pour tout savoir sur la musique (enfin presque) !

La vérité sort de la bouche des enfants

Elles fatiguent les adultes qui souvent les éludent tant elles sont pleines de bon sens les questions d’enfants…

Qui a inventé la musique ? À quoi ça sert ? D’où vient le nom des notes ? Quel est le plus ancien instrument ? Retour sur les fondamentaux avec des interrogations que les « grandes personnes » n’osent plus formuler ! Assis en tailleur, les petits groupes compacts ont eu à coeur de s’exprimer, la spontanéité prenant parfois le pas sur le tempo, dans un ravissement de commentaires modérés par Nicolas Lafitte animateur de l’émission « Klassiko Dingo » sur France Musique. Avec son acolyte Samuel Bricault à la flûte (aux flûtes devrait-on dire puisqu’il en joue plusieurs), tous deux ont animés cinq ateliers dans l’île sur la base des questions « dingo » que les enfants ont réellement laissées sur le répondeur de la Maison de la Radio.

Une parenthèse familiale et ludique très appréciée qui s’annonce d’ores et déjà récurrente. De quoi rassurer ceux qui doutent sans l’avouer, mais il faudra attendre l’année prochaine…

Marie-Victoire Vergnaud

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires