ARCHIVE

N°166 - 13/02/2018

Une île surpressurisée ?

L’île de Ré est soumise à de trop nombreuses pressions, difficiles à combattre, qui hypothèquent la qualité de vie pour ses habitants. De plus en plus de voix s’élèvent contre sa surfréquentation à certaines périodes et son « artificialisation » en extérieur de centres-bourg. Très regrettables, certaines tentatives émanant de particuliers ou de professionnels qui, avec de surprenantes complicités – passives ou actives – souvent venues d’outre-pont, visent à s’approprier des espaces naturels sensibles à des fins lucratives ou de loisirs corporatistes. Vigilantes, la CdC et Ré Nature Environnement doivent parfois se battre contre des raisons… que la raison ignore totalement, en toute discrétion.

Dans un registre plus positif, saluons cette très belle initiative de douze associations solidaires rétaises qui se sont fédérées en un espace de vie social, afin de mutualiser compétences et moyens, pour optimiser in fine leurs services aux populations démunies ou fragilisées. Déjà des premières actions concrètes ont vu le jour.

Retrouvez dans ce nouveau numéro de Ré à la Hune un condensé d’une île qui bouge, toute l’année !

Nathalie Vauchez