Tourisme

Camping La Combe à l'eau - Ars en Ré

L’ONF porte l’affaire de la Combe à l’eau devant la justice

La Combe à l’Eau, un camping « nature » qui ne demande qu’à le rester
Publié le 15/05/2018
Noter cet article

Dans le contexte confus de l’attribution de la gestion du camping de La Combe à l’eau (Voir Ré à La Hune N° 169 ou sur realahune.fr), l’ONF confirme, dans un communiqué de presse du 3 mai, avoir signé un bail avec la société KWAMTI en date du 8 mars 2018.

Entre temps, la société Huttopia, qui avait également répondu à l’appel à projets, avait investi le site dès la mi-avril, forte d’une attestation d’occupation remise par l’ONF, en attendant son bail contre-signé.

Les vacanciers accueillis par Huttopia, un bail signé avec Kwanti !

En effet depuis le début des vacances de printemps c’est Huttopia qui accueille et héberge les vacanciers en camping, ce qui est qualifié par l’ONF de « présence illégale sur le site et d’occupation illicite » dans son communiqué. L’ONF avertit se dégager de ses responsabilités en cas d’accidents et annonce porter l’affaire devant la justice.

Joint par la rédaction, Mr le maire d’Ars, Jean-Louis Olivier, se dit très étonné par les instructions contradictoires de l’ONF, alors même qu’un courrier de la direction régionale de l’ONF l’avait averti, en mars, de l’attribution du camping à la société Huttopia et qu’un mail faisant suite le priait d’assister à l’état des lieux conduit par l’ONF avec la société Huttopia, pour la remise des clefs.

Ce n’est qu’après un délai de près de deux mois que la commune a pris connaissance du bail signé avec la société Kwamti.

Une approche « développement durable » et participative

Cette société originaire de Tours s’inscrit dans une politique transversale de gestion de camping. À travers une approche culturelle, participative et enrichissante pour les campeurs, la société Kwamti s’est engagée pour une gestion du milieu naturel en adéquation avec le développement durable.

Reboiser le site avec un projet paysager transitoire entre la forêt domaniale et l’espace ouvert du littoral, sensibiliser le public à l’espace naturel et aux enjeux écologiques, mettre à disposition des écohabitats mobiles, rénover les sanitaires de façon éco-responsable, mettre en valeur le cheminement piétonnier pour un séjour sans voitures dans l’environnement, aménager des espaces de rencontres et de vie au sein du camp, animer des ateliers participatifs de cuisine, de gym ou de danse, faire des animations qui réunissent tous les âges de la famille, tels sont les projets portés par la Société Kwamti et qui ont su faire pencher l’ONF en sa faveur.

La demande touristique doit être satisfaite

Aujourd’hui, bien que déplorant l’imbroglio administratif et la saisine de la justice, Jean-Louis Olivier n’a qu’un seul souhait pour La Combe à l’Eau, c’est que le camping naturel soit ouvert, bien géré et surtout que l’accueil soit assuré pour les saisonniers et les salariés, conformément au cahier des charges qui leur dédie vingt emplacements.

Nous ne manquerons pas ici de souhaiter un très bon été de détente et de repos aux visiteurs de La Combe à l’eau, bien loin des querelles intestines concernant sa gestion.

Véronique Hugerot

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires