Culture

Galerie d'art

Le loft NAK’RÉ s’agrandit

La Troupe de Julie Lavergne. Ses toiles seront visibles pendant les vacances de Pâques.
Publié le 16/04/2018
Noter cet article

Depuis son lancement il y a deux ans, la galerie accueillait les amateurs d’art dans son unique salle au sol parsemé de nacre. Au fil des expositions, les murs devenaient trop petits et Thierry Bertrand a dû les pousser.

Dès les vacances de Pâques, NAK’RÉ2, alias le garage du fameux loft, ouvre sa porte et prête ses murs aux châssis, toiles, photographies ou sculptures toujours soigneusement élues mais dans une mise en scène plus brute.

Une première exposition des toiles de Julie Lavergne

Cette année le nouveau poulain de NAK’RÉ est Julie Lavergne, une artiste à part entière venue à la peinture en parallèle à sa carrière d’auteur, comédienne et metteur en scène. Sa peinture prolonge son verbe et traduit son sentiment bien mieux que les mots. Elle évoque les populations, les flux migratoires sous des ciels riches et démesurés ; c’est un peu japonisant, un peu BD, il y a de la matière et de la puissance dans l’infini de ses paysages. Du 14 au 21 avril, ce sera la toute première fois qu’elle expose, dans la formule solo show, propre à NAK’RÉ, un artiste pendant une semaine, coordonné avec justesse à deux ou trois oeuvres de l’exposition à venir, ici les totems de Mika. Au court de la saison, plus de vingt toiles de Julie Lavergne seront à admirer en alternance.

NAK’RÉ bichonne ses artistes

Depuis l’exposition, la vue s’étire sur les marais salants, l’influence du paysage insulaire se reflète sur les coups de coeur du galeriste qui présente des artistes pour la plupart fort attachés à l’île de Ré. Qu’elle soit leur résidence, leur source d’inspiration ou leur lieu de vacances, ils sont ici à demeure, un peu comme chez eux et le Loft suit leur travail pas à pas.

Vous y rencontrerez Rod Stribley, le plus rétais des peintres anglais, installé depuis deux décennies à La Flotte. À demeure également Mika, la céramiste passée maître en cuisson Raku et dont on admire particulièrement les totems. Vous découvrirez aussi les mécanismes de Benoît Rondot (tracteurs, tableaux d’usine, pièce d’horlogerie ou d’aéronautique) dont la peinture si légère tranche et détourne le sujet. C’est ici aussi que Clotilde Ancarani, peintre et sculpteur, a choisi de s’exposer en exclusivité en France. Au rythme des expositions, une place sera faite à la photographie à travers les clichés de Gilles Vautier et de Mireille Roobaert, deux photographes bien différents mais tous deux en prise directe avec la nature et, a fortiori avec l’île de Ré.

Véronique Hugerot

 

Loft NAK’RÉ

54, route de la Prée – 17 590 Ars en Ré

ouvert de 11h à 13h et de 15h à 19h

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires