Loisirs

Associations à la Hune

Les Jardiniers de l’île de Ré proposent aux amateurs de partager leur passion dans la convivialité

La christophine de l’école d’Ars envahit la clôture.
Publié le 10/11/2017
Noter cet article

Pour le plaisir de jardiner, son président François Bertin et les quatorze membres du conseil d’administration organisent tout au long de l’année des événements afin que chacun puisse améliorer ses modes de cultures tout en respectant l’environnement, ils s’affirment pour une agriculture raisonnée.

En marge des activités de jardinage proprement dites, l’association rassemble fréquemment ses 140 adhérents et leurs familles, issus de toute l’île de Ré.

Bien que les jardiniers amateurs soient en majorité retraités, le dynamisme de l’association ne faiblit pas. Des rencontres avec des professionnels, des réunions théoriques, des conférences et des démonstrations sur le terrain procurent les outils et les réponses nécessaires aux passionnés de verdure, sans compter les sorties et les voyages. En 2017, ils sont allés à la découverte du parc Terra Botanica d’Angers et ses collections exceptionnelles d’orchidées et de roses (une journée) et sont partis huit jours en Baie de Somme, un voyage organisé pour 38 personnes par Guylaine Loizeau.

Si ton jardin m’était conté

L’association transmet aussi son expérience aux jeunes mains vertes à travers les jardins des écoles d’Ars et de Loix. Le jardin de l’école de Sainte-Marie, le P’tit Clos est désormais géré par une association indépendante. Au jardin d’Ars, les enfants avaient semé une christophine (également appelée chayote aux Antilles) ils ont déjà récolté plus de 50 gros fruits !

Lors de l’assemblée générale, qui sera suivie d’une conférence ouverte à tous, le président présentera les activités pour l’année à venir et les adhérents pourront passer leur commande de compost puisque l’association fait un achat groupé auprès du centre de compostage de La Rochelle. Après le rapport moral et autres votes de rigueur, une conférence sur les insectes, nuisibles et utiles, sera donnée par François Berliet, professeur d’horticulture, ex-jardinier-conseil de France Bleu La Rochelle.

D’ores et déjà on annonce pour 2018 des démonstrations de taille d’arbres, des marchés aux plantes pour échanger ses boutures, des concours de belote, une sortie aux jardins de Compostelle de Trizay et un voyage à travers la Belgique et la Hollande.

Du kir pour les frelons asiatiques

Cet été a enregistré une recrudescence du frelon asiatique (Vespa velutina), grand prédateur d’abeilles qu’il convient d’éradiquer en tant que nuisible.

Dès le mois de février et jusqu’en mai, on installe le piège dans un arbre, en situation bien ensoleillée, le but étant d’attraper les reines qui fédèrent la communauté. Sur une bouteille en plastique découpée au col, on y agrafe l’entonnoir ainsi produit (pratiquer quelques trous dans la bouteille pour l’évacuation des insectes d’une autre espèce). Y verser un mélange de vin blanc, de sirop et de bière. Un genre de kir, en fin de compte, dont le vin blanc est uniquement destiné à faire fuir les abeilles.

L’arrachage face à la pyrale du buis

L’autre grande déception de l’été fut l’arrivée pour la première année sur l’île de Ré de la pyrale du buis (cydalima perspectalis), un joli papillon blanc et brun venu d’Asie, qu’on avait observé dès 2008 en Alsace. Il pond ses oeufs sous les feuilles des buis et ses chenilles, vertes à têtes noires, s’en nourrissent au printemps. Le buis est alors complètement dévasté puis meurt. Dès le constat de cocons ou de chenilles il convient de tailler l’arbre de façon radicale et de rester vigilant. L’arrachage reste le seul remède si l’arbre est entièrement touché. Certains utiliseront le bacille de Thuringe (le même que contre les chenilles processionnaires) mais le produit n’est recommandable pour personne (oiseaux, insectes, plantes).

Véronique Hugerot

 

AG le samedi 18 novembre à 15h30

à la salle des fêtes d’Ars en Ré

Association des jardiniers de l’île de Ré

Mr François Bertin

francois.bertin123@orange.fr

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires