Territoire

Café Citoyen du Césir

Les emplois des jeunes sur l’île de Ré en débat

Un public très impliqué dans le débat
Publié le 08/11/2017
Les emplois des jeunes sur l’île de Ré en débat 5.00/5 (100.00%) 1 vote

Le 17ème café citoyen du Conseil économique et social de l’île de Ré qui s’est tenu le 18 octobre dans les locaux de Cowork en Ré, à Loix, avait pour thème « la création d’emplois pour les jeunes ».

Les jeunes en question n’étaient guère représentés, mais l’assistance semblait très impliquée sur cet enjeu. Après que Nathalie Wiederkehr, l’hôtesse des lieux, ait expliqué comment son projet de Tiers Lieux avait mûri, et présenté ses ambitions, Michel Lardeux et Didier Guyon ont lancé et animé le débat.

La naissance en 2017 de deux espaces de co-working sur l’île de Ré n’est pas un hasard, ceux-ci correspondant à un nouvel état d’esprit des jeunes dans leur rapport au travail.

Un départ des jeunes de l’île de Ré qui s’accélère

Sur l’île de Ré, une forte saisonnalité, un taux de chômage de 11 % et l’augmentation du chômage des jeunes caractérisent le contexte. Peu – voire pas – de chiffres spécifiques aux jeunes sont disponibles. Une meilleure employabilité des jeunes, leur accompagnement dans la création de leur entreprise et donc de leur emploi autour d’un projet, une plus grande facilité de logement et d’implantation en termes de foncier ou de bâtiment… tout cela est indispensable pour maintenir les jeunes au pays, en attirer de nouveaux et in fine atteindre l’objectif politique fixé à une population permanente de 20 000 habitants (contre 18 000 aujourd’hui).

Beaucoup trop de jeunes et de jeunes familles sont contraints de quitter l’île de Ré, malgré leur volonté d’y construire leur vie. Et d’après le CESIR, ce phénomène serait en phase d’accélération.

Les quelques jeunes présents ont témoigné de leur difficulté à se loger, trouver un local, viabiliser une activité à l’année… Et la proximité de La Rochelle, bassin d’emploi potentiel, favorise évidemment la migration professionnelle et personnelle vers le continent. La disparité entre le nord et le sud de l’île de Ré a été relevée comme un problème qui se renforce encore…

emploi-café-citoyen2

Nathalie Wiederkehr (Cowork en Ré), Didier Guyon et Michel Lardeux, les deux animateurs du débat organisé dans le cadre du Césir

Différents gisements potentiels d’emplois

Parmi les gisements de création d’emplois et d’activités, ont été cités évidemment le tourisme, les services à la personne qui recouvrent souvent des métiers difficiles, mais aussi des métiers basés sur la matière grise, intellectuels, numériques, etc. L’ « Image île de Ré » peut être un formidable accélérateur pour de vrais projets…

Un participant a suggéré que « du fait de la disparition inévitable de la Maison Centrale de Saint-Martin au vu de sa vétusté, de la faiblesse de l’Université de La Rochelle, qui ne résistera pas face aux pôles universitaires des grosses agglomérations de la région, mais aussi du potentiel du port en eaux profondes de La Rochelle, la création d’une université La Rochelle/Ré spécialisée sur les thématiques de la mer, du littoral, de la pollution », etc constituerait un atout considérable.

La création sur l’île de Ré d’une pépinière d’Entreprises, d’un réseau de parrains constitué d’Entrepreneurs en activité ou d’anciens Entrepreneurs à la retraite – ils sont nombreux sur l’île et représentent un potentiel et une expérience qui seraient riches pour de jeunes entrepreneurs -, d’un observatoire de l’emploi spécifique, d’une plus grande proximité entre le monde éducatif et le monde économique, d’une plateforme numérique des métiers sur l’île de Ré… et l’intégration d’un vrai volet dédié à l’emploi et à l’entreprenariat des jeunes dans le projet politique de territoire sont autant d’idées qui ont été lancées par les participants. Il serait aussi opportun qu’un noyau de jeunes, motivés et ayant un certain leadership, mobilise autour de lui les jeunes du territoire pour mieux définir leurs attentes et leurs idées visant à maintenir au pays le plus grand nombre de ceux d’entre eux souhaitant s’y établir professionnellement.

L’emploi des jeunes constitue un enjeu vital pour l’avenir de l’île de Ré, dont les élus devront rapidement s’emparer pour atteindre leur objectif de seuil d’équilibre de la vie permanente estimé à 20 000 habitants.

Nathalie Vauchez

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires