Nature

Maison de pays

L’Ancre Maritaise pour qui veut goûter l’authentique

Agnès Lievens, Dominique Chevillon et Jean-Pierre Dareau (Ré nature environnement) montrent le nid de frelons asiatiques visible dans le cadre de l’expo dédiée à l’Avocette élégante qui niche actuellement sur l’île (© Solange Le Gall)
Publié le 26/04/2018
L’Ancre Maritaise pour qui veut goûter l’authentique 5.00/5 (100.00%) 1 vote

Le musée de Sainte-Marie a rouvert ses portes avec un riche programme d’activités et de sorties naturalistes.

Loin des commerces, aux abords de la plage familiale Montamer, l’ancien ravissant four à chaux transformé par la commune en lieu de vie, est discret mais très efficace. Porté par quatre associations environnementales très investies, l’espace est l’occasion de pénétrer la richesse insulaire et la spécificité de Ré au travers d’expositions, conférences, sorties à thèmes, spectacles et ateliers enfants réguliers.

De passage ou habitués, l’adresse voit chaque saison sa fréquentation augmenter tant la proposition y est variée et inventive grâce au maillage des nombreux acteurs locaux qui oeuvrent pour la préservation du territoire. Entre boutique souvenirs et musée, l’accueil d’Agnès Lievens coordinatrice de L’Ancre fait écho à la qualité des animations qui cette année encore réjouiront un public familial.

Quatre associations piliers

Ré Nature Environnement ne craint pas de se poser en objecteur chaque fois que le fonctionnement propre à chaque organisme autonome est menacé par l’impact humain. L’association veille depuis plus de dix ans à la protection d’un éco système fragile, combien de temps encore préservé, nous qui sommes à ce point privilégiés ?

L’ADEPIR défend la pêche telle qu’on la pratiquait depuis le Moyen-âge en réhabilitant les écluses à poissons de l’île de Ré dont la remise en état nécessite de maîtriser un savoir-faire ancestral. Après « La Paillarde » à Sainte-Marie, « La Moufette » à Saint-Clément, « La Chiouse » aux Portes ; « Le trou d’cheu » voisine (deux traductions possibles, la plus poétique étant « Le trou d’ciel ») est la quinzième écluse en chantier, reconstruite pierre à pierre selon la tradition.

L’Antenne de la LPO vit d’autant plus ici que les oiseaux affectionnent nos territoires au point de parcourir des milliers de kilomètres (comme la Bernache cravant qui nous arrive de Sibérie) pour accéder eux aussi, à notre douceur de vivre. Pas étonnant lorsqu’on sait que même Allain Bougrain-Dubourg, Président de l’association a élu domicile sur nos terres…

Quant aux Tardigrades (du nom d’un étrange et minuscule animal d’un millimètre en moyenne parfois surnommé « ourson d’eau »), la troupe menée par Nadine Berland est chaque fois l’occasion renouvelée de présenter un spectacle, ode aux trésors naturels de nos paysages.

Connu pour être sur tous les fronts de défense de l’environnement, Dominique Chevillon savoure sa retraite depuis peu (22 jours : il compte !) et s’amuse de la toute nouvelle quoique relative, disponibilité qu’elle lui offre. Un peu de temps libre pour cet homme de terrain qui assure entendre l’employer à « maintenir le rythme et profiter de l’extraordinaire levier que représentent les quatre associations » pour inviter chacun à prendre conscience de la richesse de la biodiversité maritime.

 

Découvrir le Pertuis breton avec La « Janthiane ». Dominique Chevillon, Pierre Le Gall, Grégory et Jean-Roch à côté d’Olivier Van Conneyt (du Lycée scientifique de La Rochelle) inaugurent le bateau l’été dernier (© Solange Le Gall)

Découvrir le Pertuis breton avec La « Janthiane ». Dominique Chevillon, Pierre Le Gall, Grégory et Jean-Roch à côté d’Olivier Van Conneyt (du Lycée scientifique de La Rochelle) inaugurent le bateau l’été dernier (© Solange Le Gall)

Pour être incollable sur le patrimoine naturel de l’île

Les conférences (« La Route du miel », « Le Volcanisme en Charente Maritime »… qui ont eu beaucoup de succès la précédente saison) seront mises en avant avec notamment Grégory Ziebacz et Jean-Roch Meslin sur la triste actualité des mammifères marins « qu’on observe plus volontiers échoués qu’en mer ».

Savez-vous ce que sont les Diatomées ? Rendez-vous fin mai à l’occasion de La Fête de la nature pour découvrir avec Pierre Le Gall ces élégantes micro-algues qui produisent à elles seules un quart de l’oxygène que nous respirons.

Les plus jeunes retrouveront les ateliers matinaux « modelage » et « amulettes », et pour découvrir la culture aborigène, suivront dans les bois Caroline Cartalas et son école buissonnière.

Tête en l’air, on regarde les étoiles, les oiseaux ; pieds sur terre on scrute les fonds marins, la faune et la flore avec les nombreuses sorties à thème qui vont s’enchaîner toute la saison au gré des marées et des lunes. Les parades amoureuses ont commencé dans le ciel, Christine Malbosc ornithologue aguerrie vous apprendra à observer les volutes, à écouter le chant des oiseaux.

Le concours d’écriture, occasion d’une soirée de lecture enchantée, sera lancé pour sa deuxième édition sur un thème dévoilé à l’ouverture des inscriptions en mai : à vos plumes rétaises ! Inédits : du Pertuis breton à la Vendée, le bateau associatif « La Janthine » propose des sorties en mer, là encore guidées par des spécialistes, pour explorer les fonds marins sur réservation. Et puis Les Tardigrades vous régaleront en musique avec « Forêt fantôme », spectacle inspiré du livre de David Georges Haskell, qui à la loupe a ausculté durant un an, un mètre carré de nature sauvage dans un bois.

Marie-Victoire Vergnaud

 

Consultez le programme de L’Ancre maritaise sur :

www.ancremaritaise.fr

Ouvert du mercredi au dimanche de 10h à 13h et de 15h à 18h30

05 46 55 41 38

 

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires