Nature

Assemblée Générale de l'AEMA

marais d'Ars pour l'assemblée générale de l'AEMA sur l'Ile de Ré

Des efforts pour redresser une situation délicate

2016 a été marquée par la diversité des travaux confiés à l’AEMA ; sur le marais (photo), les digues et les levées
Publié le 06/07/2017
Noter cet article

L’Association des Etangs et Marais d’Ars-en-Ré a été créée en 1973 dans le but de défendre la propriété privée et l’exploitation des marais. Il s’agit d’une association syndicale, fondée par une « poignée » de Rétais particulièrement motivés.

Au fil des ans, l’AEMA s’est développée, ne cessant jamais de mettre en avant ses objectifs premiers : l’exploitation et la protection de la biodiversité des marais.

Mardi 20 juin, à partir de 17 heures, l’association a tenu son assemblée générale dans les locaux de la Communauté de Communes. Jean-Bernard Ansoud, président, a tout d’abord remercié de leur présence, Lionel Quillet, président de la CdC, Serge Kindel, adjoint au maire de Rivedoux, Marc Thivenin, adjoint au maire de La Flotte et Francis Gousseaud, directeur technique à la CdC. Il a également remercié la centaine de participants. Plusieurs maires étaient excusés ainsi qu’Olivier Falorni, député de la circonscription. Deux scrutateurs ont été désignés, ensuite, Jean- François Beynaud, ostréiculteur à La Couarde, secrétaire, a donné lecture du procès-verbal de l’AG de 2016.

Une tendance à l’essoufflement

Jean-Bernard Ansoud a présenté les rapports moral et d’activité. Après quatre années particulièrement dynamiques, le président a mis l’accent sur un ressenti d’essoufflement des activités. Le chiffre d’affaires n’est pas satisfaisant et le bilan 2016 est négatif (d’environ 216 000 €). Malgré cela, le conseil d’administration reste très actif, il s’est réuni à sept reprises au cours de l’année passée, il y a eu quatre réunions en préfecture afin de présenter un certain nombre de dossiers. Un effort important a été réalisé dans le cadre d’un plan de démoustication. Le CTvMA (Contrat Territorial volet Milieux Aquatiques) qui a été signé en 2012 sur la base d’un plan quinquennal sous l’impulsion de la CdC pour intervenir dans les milieux humides, s’est déroulé dans les meilleures conditions. D’autre part, l’association s’est lancée, avec toute son énergie, dans différentes actions : elle a été partie prenante du comité consultatif de la réserve naturelle Lilleau des Niges, elle a participé à plusieurs manifestations : inauguration de la digue de Loix, réfection de l’écluse « Moufette » à Saint-Clément-des-Baleines…

Pour ce qui concerne l’extension du périmètre syndical, celui-ci est passé de 582 à 1590 hectares, le nombre de propriétaires augmentant de 225 à 597. A propos des algues vertes, il est constaté que leur présence sur nos plages est un problème récurrent depuis des années. Afin d’assurer la sécurité sanitaire des personnes et la salubrité du littoral, l’AEMA organise un ramassage régulier à l’aide d’un matériel adapté. D’autre part, l’association a participé à un projet lancé par les élèves du lycée maritime de La Rochelle. Ces derniers, encadrés par leurs professeurs, ont embarqué sur un vieux voilier afin de participer à un voyage aux côtés de l’Hermione sur l’Atlantique.

Le président a terminé son intervention en soulignant que 2016 a été marquée par la diversité des travaux qui ont été confiés : sur les marais, les digues et les levées, le charroi du sel. Jean-Bernard Ansoud s’attendait à une année particulièrement délicate, il affirme, toutefois, que les résultats ne remettent, en aucun cas, en cause la pérennité de l’AEMA. Il a remercié l’ensemble de l’équipe pour son dynamisme et son professionnalisme. Il reste à l’écoute de la CdC, des maires des dix communes rétaises, ayant pour seul souci le « rapprochement vers une excellence environnementale indispensable dans un milieu si fragile, et le respect de l’identité de notre île… ». Le rapport moral a été adopté à l’unanimité moins une voix contre et deux abstentions. Le rapport financier, lui, a été adopté à l’unanimité moins une voix contre.

Une intervention ponctuelle et précise

La parole a, ensuite, été donnée à Lionel Quillet qui a rappelé toutes les grandes lignes environnementales de notre territoire. A ce propos, il a insisté sur la bonne utilisation de l’écotaxe. Il a souligné le rôle prépondérant que joue l’AEMA, constatant la réussite du CTvMA n° 1. Le président de la CdC a bien précisé que du travail restait à faire dans le cadre de la préparation du CTvMA n° 2. Il a répondu à une série de questions posées, notamment par de nouveaux adhérents sur l’avenir des marais salants, ostréicoles et « loisirs », sans oublier les activités agricoles.

Pour finir, l’assemblée a procédé à l’élection du tiers sortant. Ont été réélus : Jean-Bernard Ansoud, Jacques Lepage (représentant la ferme marine de Saint-Clément « Cultimar »), Corinne Mille-Claire (représentant le lycée maritime aquacole de La Rochelle). André Héraudeau, propriétaire de marais sur Ars, fait son entrée dans le groupe remplaçant Philippe Loizeau qui ne se représentait pas.

Il était 20 heures lorsque la séance a été levée. L’optimisme reste de rigueur, Pierrick François, directeur de l’AEMA, se félicite, lui aussi de l’extension du périmètre, de sa mise en valeur, car la « sanctuarisation » du marais nuirait profondément à la vie du site.

Jacques Buisson

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires