Tourisme

La Couarde sur mer à la Hune

La Couarde, à la découverte d’un village typique de Ré la blanche

L’étendue de la plage des Prises à marée basse
Publié le 05/07/2018
La Couarde, à la découverte d’un village typique de Ré la blanche 4.00/5 (80.00%) 1 vote

Une variété de paysages, de magnifiques plages de sable fin, des vignes, des marais salants, des espaces boisés, un petit port atypique, des ruelles anciennes et un charmant centre-bourg, La Couarde a bien des atouts.

La Couarde a été la première station balnéaire rétaise. Dès le début du vingtième siècle, les baigneurs fréquentaient, en nombre, le bord de mer. Situé au milieu de l’île, ce charmant petit village a la particularité de donner accès sur les deux pertuis. C’est ainsi que l’on peut admirer Oléron, au sud, et les côtes vendéennes, au nord. On y produit les principales spécialités locales : le vin, les huîtres, le sel…

Avant d’entreprendre une balade matinale au coeur du village, nous rappellerons qu’il tient son nom du vieux français « coe », ou « coue » qui signifie « la queue ». En effet, La Couarde était située à l’extrémité de Ré, avant que les îlots de Loix, d’Ars et des Portes ne viennent se « raccrocher » au reste de l’île.

Le kiosque et l’église

Le kiosque et l’église

A la découverte des vieilles ruelles

Nous sommes sur la place de l’église (Notre-Dame de l’Annonciation), où se trouve un magnifique kiosque à musique qui représente, avant tout un symbole. Celui-ci fut construit à la fin du dix-neuvième siècle sous l’impulsion du maire de l’époque qui tenait à voir se produire, en un même lieu, les deux philharmonies couardaises (l’une catholique, l’autre protestante), qui, jusqu’alors, jouaient chacune de leur côté.

Le village offre un labyrinthe de petites rues, de venelles tapissées de roses trémières, où règne une incomparable douceur de vivre. On peut y admirer différents témoins du passé : des puits, des cadrans solaires… En arpentant les rues (Pasteur, Aristide Briand, entre autres), le promeneur jette un regard sur le patrimoine, en admirant les portes représentant une multitude de styles. La Grande Rue, voie piétonne, l’une des principales artères, concentre une suite de commerces. Très tôt le matin, les échoppes se préparent à accueillir le client.

Une petite venelle

Une petite venelle

Un visage neuf et resplendissant

Nous poursuivons notre balade, nous sommes toujours à La Couarde, mais l’architecture s’est quelque peu modifiée. Au niveau du Mail, le marché couvert est né, il y a peu de temps, comme un champignon. Un lieu qui attire par son charme et sa convivialité. Le temps de prendre un café et de repérer un endroit pour se restaurer, à midi, ou déguster quelques huîtres, nous nous faufilons entre les étalages dressés en plein air, avant de pénétrer sous la halle où règne une atmosphère effervescente. Ici, on a l’impression que tout le monde se connait, chacun échange ses impressions devant le déballage des produits locaux.

Non loin de là, se trouve « La Maline », une salle de spectacles, construite il y a plus de vingt-cinq ans, et qui est, aujourd’hui, en pleine rénovation. Un endroit culturel qui accueille l’ensemble des Rétais. Nombre d’artistes de renom s’y sont produits ces dernières années. « La Maline », après avoir fait peau neuve, rouvrira ses portes début 2020.

Toujours au niveau du Mail, des festivités foraines attendent les touristes. A la nuit tombée, le célèbre « dancing » de l’île de Ré, qu’ont fréquenté des générations de Rétais et vacanciers, ouvre ses portes aux amateurs.

Aux abords du marché couvert

Aux abords du marché couvert

Des plages de sable fin

Elles s’étendent sur près de cinq kilomètres de longueur. De la plage des Folies à celle des Prises, toutes les activités nautiques sont pratiquées (le farniente aussi …). La plage du Peu Ragot, située à proximité du centre du village, est un endroit idéal. L’été, les baignades sont surveillées. La plage de La Pergola est une référence pour les surfeurs venus du monde entier. Celle des Prises, est bordée de dunes et de forêts de pins, un endroit privilégié pour venir pique-niquer, avant ou après la baignade… Au large, une vue saisissante sur le Pertuis d’Antioche…

A pied ou à bicyclette…

Depuis peu, l’application ExploRé Aventure « Au coeur du Bois Henri IV » propose aux promeneurs ou aux familles de découvrir de manière innovante les richesses de la forêt couardaise, à travers une quête aux trésors. Souvent méconnus, les bois de La Couarde constituent un havre de paix et de fraîcheur, très appréciable en pleine saison… et aux quatre saisons.

Le village se découvre, aussi, de l’extérieur. Les pistes cyclables sont parfaitement aménagées, permettant de pédaler au coeur de la nature, des vignes, des marais salants et des cabanes ostréicoles…

Le chenal du Goisil

Le chenal du Goisil

Nous terminons notre escapade en prenant la direction de la base nautique, sur la côte nord. Avant d’y arriver, nous marquerons une pause aux abords du chenal du Goisil. Un petit port pittoresque et bucolique, situé sur le Pertuis Breton. Un chenal qui doit son nom à un moulin à marée, aujourd’hui disparu, dit « Agoisé », datant du dix-septième siècle. Un endroit hors du commun qui abrite des bateaux de plaisance. Un lieu de balades pour les amoureux, les romantiques, une source d’inspiration pour les promeneurs solitaires en quête de rêveries, pour les passionnés de nature… Ici, le temps semble s’arrêter. Le soleil ne va pas tarder à disparaître derrière cette ligne où la mer et le ciel se rejoignent, cet endroit magique où les deux éléments ne font plus qu’un…

Jacques Buisson

lacouarde-animations

lacouarde-annonceur

Réagir à cet article

Je souhaite réagir à cet article

* Champs obligatoires